Page d'accueil Bourse

Maroc Telecom : les analystes de la place très partagés après la publication des résultats

medias24

Attijari Globlal Research et Crédit du Maroc Capital recommandent d'acheter le titre. CDG Capital le recommande à la vente, tandis que AlphaMena conseille de l'alléger dans les portefeuilles. Voici les arguments de chacun. 

 

 

Attijari Globlal Research et Crédit du Maroc Capital recommandent d'acheter le titre. CDG Capital le recommande à la vente, tandis que AlphaMena conseille de l'alléger dans les portefeuilles. Voici les arguments de chacun.

Suite à la publication des résultats annuels 2018 de Maroc Telecom, AlphaMena , Attijari Global Research (AGR), Crédit du Maroc Capital (CDMC) et CDG Capital Research ont publié leurs analyses ainsi que leurs recommandations par rapport à la valeur.

Leurs avis sont très partagés : certains saluent les résultats et les perspectives d'avenir en recommandant le titre à l'achat, d'autres sont moins optimistes et conseillent de l'alléger dans les portefeuilles ou de le vendre carrément. 

Attijari: le potentiel de croissance du titre en bourse est de 12%

Pour AGR, «les réalisations 2018 du groupe Maroc Telecom confirment le démarrage d’un nouveau cycle de croissance (...) Pour la première fois depuis 2008, les activités Mobile, Fixe et filiales à l’international affichent une croissance positive», soulignent les analystes d’AGR rappelant que le RNPG et le Chiffre d'affaires consolidé ont progressé respectivement de 5,3% et de 3,1% par rapport à 2017.

Après une première lecture des résultats, AGR dit maintenir un avis positif sur le titre avec un cours objectif de 169 DH, soit un potentiel de hausse du cours de 12% par rapport au cours observé le 18 février (sur un horizon de 12 mois). La filiale de recherche d’Attijariwafa Bank recommande le titre à l’achat.

>>> Lire aussi: Maroc Télécom : un potentiel de hausse de 17% selon Attijari Global Research

Les analystes confirment ainsi la reprise de l’activité au Maroc grâce à la Data qui a largement compensé l’effet de la Voix. Ils soulignent ainsi que le retour de la croissance du Mobile après sept années successives de repli et la poursuite du développement du segment Fixe de 3,1% sont à l'origine de cette croissance.

A l’international, «les revenus affichent une croissance de 2% sur l’année 2018, à 16,04 MMDH, en-dessous de notre prévision initiale de 16,5 MMDH».

>>> Lire aussi: Maroc Telecom : les filiales africaines génèrent 16 milliards de dirhams de revenus

«Le repli du trafic international entrant et l’orientation baissière des tarifs d’interconnexion ont sensiblement pesé sur la croissance des revenus. Comme prévu, les filiales Moov sont les principaux contributeurs à la croissance du CA à l’international et ce, à travers une progression solide de leur activité de 5,1%», commentent-ils.

Par rapport à la rémunération des actionnaires, AGR rappelle que le dividende proposé (6,83 DH/action) est le plus haut depuis 2014 où il s’élevait à 6,9 DH/action.

Selon l’équipe d’AGR, cette évolution du dividende constitue un signal fort qui attesterait de l’amélioration du contexte sectoriel de l’opérateur. «Malgré la hausse du titre de 6,7% depuis le début de l’année, son Dividend Yield s’élève à 4,5% assorti de perspectives d’évolution positives», conclut la note.

AlphaMena recommande d'alléger le titre dans les portefeuilles

Pour les analystes d’AlphaMena, boite de recherche basée à Tunis, le dividende proposé (6,83 DH par action) est légèrement supérieur à leurs prévisions (6,73 DH). 

«Les résultats 2018 de Maroc Telecom sont globalement conformes à nos attentes. Les réalisations sont solides, ce qui nous conforte dans la croissance et les perspectives de rentabilité du groupe. L’augmentation significative du dividende reflète également la confiance du top management à l’égard de la génération de cash en 2019», soulignent-ils.

Toutefois, l’équipe d’AlphaMena valorise la valeur Maroc Telecom à 155 dirhams contre un cours de 153 DH observé le 19 février, soit un potentiel de croissance en bourse de 1,59% seulement (sur un horizon de 6 mois). Ainsi, elle recommande d’alléger le titre dans les portefeuilles.

Crédit du Maroc Capital révise à la hausse le cours cible 

De son côté, CDMC vient de réviser à la hausse le cours cible de l’opérateur en maintenant sa recommandation de renforcer le titre dans les portefeuilles.

>>> Lire aussi: CDMC : pourquoi il faut acheter le titre Maroc Telecom

La valorisation du titre Maroc Telecom a ainsi été portée à 162 DH, ce qui représente une décote de 5,6% par rapport au cours observé le 19 février.

Selon la filiale de Crédit du Maroc, la nouvelle valorisation tient compte des éléments additionnels suivants pouvant impacter l’activité de Maroc Telecom à partir de l’année 2019 :

 - Instauration, à compter du 1er janvier 2019, d‘une contribution sociale de solidarité qui s’appliquera selon un taux proportionnel de 2,5% aux bénéfices réalisés.

 - Lancement d’un projet de câble international sous-marin à fibre optique reliant le Maroc et les filiales.

A cet effet, le nouveau plan d’affaires du titre Maroc Telecom se présente comme suit, selon CDMC :

CDG Capital Research recommande de vendre le titre 

En revanche, CDG Capital Research recommande de vendre le titre en prévoyant un cours objectif de 140 DH, soit un potentiel de baisse de 8,6% par rapport au cours du 19 février.

Notons que, dans son dernier "Equity Report" publié en octobre 2018, la filiale de la CDG n'avait pas émis de recommandation par rapport à Maroc Telecom.

>>> Lire aussi: Marché actions: voici les recommandations de CDG Capital Research

Pour les analytes de CDG Capital, la valorisation se traite sur la base d’un multiple EBITDA 2019 de 7,2x, contre 7,9x actuellement. Et ce, compte tenu des hypothèses suivantes :

> Nos prévisions tablent sur un TCAM 2018-2028 de 2,6% pour le chiffre d’affaires, contre un TCAM de 2% entre 2008 et 2018.

> Nous prévoyons un TCAM 2018-2028 de 2,5% pour l’EBIT contre un TCAM 2008-2018 de -2,3%.

> Une actualisation des flux au coût moyen pondéré des capitaux (WACC) de 7,6%;

> Un taux de croissance in fine de 1,7%.

Ils soulignent toutefois l’absence de visibilité sur la croissance à long terme vu la complexité du secteur.

«En effet, les opérateurs télécoms qui ont grandi grâce aux services voix et données traditionnels se rendent compte que les modèles de consommation évoluent rapidement et que la valeur passe non seulement à d'autres étapes de la chaîne de valeur des télécommunications, mais aussi à des marchés complètement différents», concluent-ils.
 

Le Trésor place 6,3 milliards de dirhams d'excédents de trésorerie
Business. Le patronat et les banquiers marocains organisent un forum économique à Amman en juin