Page d'accueil Bourse

Le secteur minier affiche la meilleure performance de la cote: voilà pourquoi

medias24

L'indice sectoriel des mines a gagné près de 13% depuis le début de l'année, soit la meilleure performance sectorielle de la cote. Des gains tirés par les progressions à deux chiffres des valeurs Managem et CMT, mais un peu freinés par les pertes accusées par la SMI. Analyse. 

 

L'indice sectoriel des mines a gagné près de 13% depuis le début de l'année, soit la meilleure performance sectorielle de la cote. Des gains tirés par les progressions à deux chiffres des valeurs Managem et CMT, mais un peu freinés par les pertes accusées par la SMI. Analyse.

L’indice sectoriel des mines se distingue en ce début d'année, affichant à la clôture de la séance du 5 février une performance de 12,9% depuis le début de l’année. Il s’agit du secteur le plus performant de la cote.

Sur cette période, l’indice de toutes les valeurs cotées n’a progressé que de 0,15% traduisant une légère reprise du marché boursier marocain (qui ne s’est toujours pas confirmée selon les analystes) après une année 2018 morose, qui s’est soldée par une contre-performance de 8,27%.

Le secteur est donc plébiscité par les investisseurs malgré son exposition aux volatilités et aux instabilités géopolitiques.

L’engouement pour les valeurs minières a surtout été alimenté par Managem.

Après avoir bouclé l’année 2018 sur une note négative (-46%) notamment à cause de l’impact des résultats de sa filiale SMI sur les comptes consolidés, le groupe minier éponge une partie de ses pertes pour démarrer une belle année 2019. La valeur a clôturé la séance du 5 février sur une performance de 20,4%, soit l’une des plus importantes hausses de la place.

Le volume accompagnant cette évolution ressort à plus de 55 millions de dirhams pour 54.501 titres échangés.

>> Lire également: Managem gagne 14,20% en six séances : simple rattrapage ou tendance de fond ?

Evolution du cours de Managem (3 mois)

Source: LeBoursier

Pour rappel, les analystes d’Attijari Global Research avaient estimé que le repli des résultats de la filiale SMI était entièrement absorbé par les activités Cuivre et Cobalt.

«Il est évident que la capacité bénéficiaire du groupe dispose d’un potentiel de hausse important à horizon 2022 avec comme objectif le franchissement du cap de 1 milliard de dirhams», avaient-ils relevé dans une précédente note de recherche.

Ils évaluent ainsi le cours à 1.600 DH, soit un potentiel de croissance de plus de 47,3% par rapport au cours arrêté le 5 février.

L’équipe de CFG Capital Markets est moins optimiste. Elle pense que tous les éléments ont été intégrés dans le cours et valorise celui-ci à 1.300 DH, soit un potentiel de progression de 19,7%.

Suivant la même trajectoire, la Compagnie minière de Touissit (CMT) a vu son cours progresser de 10,6% depuis le début de l’année. 33.275 actions ont changé de main générant un volume de 45,6 millions de dirhams.

Evolution du cours de CMT (3 mois)

La filiale de recherche d’Attijariwafa Bank avait estimé, durant le mois de septembre dernier, que le titre CMT justifierait une valorisation financière de 2.100 DH, contre un cours actruel de 1199 DH. La marge de porgression à venir est donc énorme. 

Les raisons évoquées concernent la capacité du groupe à assurer un dividende unitaire supérieur à 120 DH, un projet d’investissement à horizon 2020 visant l’augmentation de la production et la réduction des cash-cost ainsi que des fondamentaux solides du plomb à l’international.

CFG Capital Markets soutient toutefois une autre opinion : elle avait recommandé aux investisseurs, en octobre 2018, de vendre le titre qu'elle valorise  à 1.199 DH contre un cours de 1.435 DH, observé le 5 février.

«Depuis le 24 mars 2017, le cours de l'action CMT a connu une forte tendance haussière, ce qui, à notre avis, n'est pas justifié d'un point de vue fondamental», avaient souligné les analystes de la société de bourse.

Ils ajoutent que les perspectives de croissance à moyen et long terme sont très limitées, CMT fonctionnant déjà à pleine capacité.

Par ailleurs, il convient de noter que la performance de l’indice sectoriel minier a été atténuée par une contre-performance de 7,5% de la SMI. Une valeur qui reste illiquide par rapport à Managem et CMT : elle n'a drainé que 3 millions de dirhams de volumes depuis le début de l'année. 

Evolution du cours de SMI (3 mois)

Une bonne partie de cette contre-performance est le résultat d'une réaction du marché face à la publication du profit warning de la société. Celle-ci avait alerté sur ses résultats semestriels 2018 intégrant l’impact d’une baisse de la production globale de l’argent.

Par rapport aux résultats 2018, une source du marché contactée par LeBoursier avait souligné ceci  : «il est clair qu’on ne pourrait s’attendre à des résultats similaires à ceux de l’année précédente, mais plutôt à un léger rattrapage par rapport au premier semestre 2018», avant de préciser que l’effet de rattrapage pourrait être total ou partiel. Tout dépendra du niveau de la teneur.

Il faut noter que l’année 2018 n'a pas été porteuse de bonnes nouvelles pour le secteur.

Après un début d'année positif, l’ensemble des métaux de base ont chuté sur le marché des matières premières à partir du mois de juin 2018 avant se stabiliser en fin d’année, selon le dernier baromètre sectoriel de CDG Capital Research.

Il en va de même pour les cours des métaux précieux qui déçoivent selon les analystes de CDG Capital. Exemple de l’Or, une valeur de refuge qui est restée stable et ne s’est appréciée que de 0,8%.

>> Lire également: Activité des secteurs cotés en 2018 : voici l'analyse de CDG Capital Research

>> Lire également: Secteur minier coté: recommandations mitigées de CFG Capital Markets