Page d'accueil Bourse

Total Maroc: Le plafonnement probable des prix des carburants pèse toujours sur le cours en bourse

medias24

Le cours de Total Maroc poursuit sa chute et affiche une contre-performance de 45% depuis le début de l'année. Et pour cause, le flou qui entoure la décision du gouvernement de plafonner les marges des pétroliers. Lahcen Daouidi, ministre délégué chargé des affaires générales et de la gouvernance, vient de déclarer à Médias24/LeBoursier que le gouvernement n’est pas revenu sur sa décision de plafonnement contrairement à ce qui a été relayé par certains confrères.

Le cours de Total Maroc poursuit sa chute et affiche une contre-performance de 45% depuis le début de l'année. Et pour cause, le flou qui entoure la décision du gouvernement de plafonner les marges des pétroliers. Lahcen Daouidi, ministre délégué chargé des affaires générales et de la gouvernance, vient de déclarer à Médias24/LeBoursier que le gouvernement n’est pas revenu sur sa décision de plafonnement contrairement à ce qui a été relayé par certains confrères.

En bourse, Total Maroc peine à se redresser. Le cours affiche une contre-performance de 45% depuis le début de l'année (observée le 5 novembre 2018), soit l'une des plus fortes baisses de la place actuellement. Durant cette période, 520.875 titres ont été échangés sur le marché central, drainant un volume de 792 MDH.

Pour rappel, cette baisse a été entamée, en mai dernier, quand le débat sur le retour au plafonnement des marges des distributeurs pétroliers a été lancé suite à la campagne de boycott et après la publication du rapport de la commission parlementaire sur les hydrocarbures.

>> Lire également: Bourse: Total Maroc fortement impactée par le futur plafonnement des marges des distributeurs de carburants

Evolution du cours de Total Maroc sur une année

Source: LeBoursier

Contacté par LeBoursier, un analyste de la place confirme que la poursuite de la chute du titre en bourse est liée à la persistance des craintes des investisseurs. «Un plafonnement des prix des hydrocarbures va limiter les marges des pétroliers».

«Selon les informations relayées par la presse ces derniers jours, Lahcen Daoudi aurait annoncé que le gouvernement s'est rétracté», indique notre source qui ajoute que «si cela se confirme, le cours devrait se redresser».

Or selon les informations de Médias24/LeBoursier, la décision du gouvernement est actée, c’est juste sa mise en œuvre qui prend du temps. "Le gouvernement n'a pas reculé sur le plafonnement des prix des carburants. Bien au contraire", déclare, à Médias24 ce matin, Lahcen Daoudi, ministre délégué chargé des Affaires générales et de la Gouvernance.

>> Lire également: Lahcen Daoudi: "Le gouvernement n'a pas reculé sur le plafonnement des prix des carburants"

Le retard lié à l’application de la décision est justifié par les raisons suivantes :

> Le gouvernement veut suivre l'évolution des cours mondiaux. Il tente de faire coïncider le plafonnement avec une baisse du prix du baril.

> Il veut élargir les négociations avec les pétroliers pour réviser les différentes composantes du prix du carburant au lieu d’agir sur la marge uniquement. Les négociations officielles entre le gouvernement et les pétroliers démarreront la semaine du 19 novembre, selon Lahcen Daoudi.

>> Lire également: Prix des carburants: Le gouvernement prépare un nouveau round de négociations avec les pétroliers

> Le gouvernement attend la réactivation du Conseil de la concurrence pour instaurer le plafonnement.

>> Lire également: Prix des carburants: le gouvernement espère la réactivation du Conseil de la Concurrence avant de plafonner

Il convient de noter par ailleurs que le repli du cours de Total Maroc s’est amplifié après la publication des résultats trimestriels du distributeur, le 27 septembre dernier. L’opérateur avait cédé 7,5% en quatre séances seulement suite à la publication de ses indicateurs baissiers. 

A titre de rappel, le résultat opérationnel consolidé et le RNPG ont reculé de 7,5% et 6,25% respectivement malgré une croissance à deux chiffres du chiffre d’affaires.

>> Lire également: Total Maroc: La pression sur les marges fait baisser les bénéfices à fin juin

Selon notre analyste, la baisse des résultats trouve son origine dans la crainte des opérateurs pétroliers après la campagne de boycott lancée le 20 avril dernier contre le leader du marché. « Les opérateurs pétroliers, dont Total, n’ont pas répercuté toute la hausse des prix des hydrocarbures à l’international sur le marché local, ce qui a entrainé une baisse des marges. Ils se sont autocensurés », souligne-t-il.

Total Maroc reste une valeur à surveiller en bourse, conclut notre interlocuteur.