Page d'accueil Bourse

Bourse de Casablanca: Les grosses capitalisations déçoivent

medias24

Hormis Maroc Telecom et Marsa Maroc qui affichent des variations positives dans un marché boursier en baisse en 2018, toutes les autres grosses capitalisations de la Bourse de Casablanca sont dans le rouge. Les dix plus importantes valeurs de la place représentent 73% du marché.

Hormis Maroc Telecom et Marsa Maroc qui affichent des variations positives dans un marché boursier en baisse en 2018, toutes les autres grosses capitalisations de la Bourse de Casablanca sont dans le rouge. Les dix plus importantes valeurs de la place représentent 73% du marché.

A la date du 30 octobre, les 10 plus grandes capitalisations de la Bourse de Valeurs de Casablanca sont : Maroc Telecom (21,7% de la capitalisation globale), Attijariwafa bank (15,6%), BCP (8,8%), LafargeHolcim (6,6%), BMCE Bank (5,9%), Ciments du Maroc (3,7%), Taqa Morocco (3,5%), Cosumar (2,7%), Wafa Assurance (2,4%) et Marsa Maroc (2,14%).

Ensemble, elles constituent près de 73% de la capitalisation globale du marché boursier marocain.

Comment se sont-elles comportées en bourse depuis le début de l’année 2018 ? Hormis Maroc Telecom et Marsa Maroc qui sortent du lot en affichant des variations positives, toutes les autres grosses capitalisations de la place sont dans le rouge. Notre analyse sera répartie en deux périodes: le premier semestre, marqué par la publication des résultats annuels des sociétés cotées ainsi que le mouvement de boycott, et la période allant du début du mois de juillet jusqu’au 29 octobre 2018, marquée par la publication des résultats semestriels des sociétés cotées.

Durant le premier semestre 2018, Maroc Telecom a réalisé une petite performance de 3,35% accompagnée d’un volume de 2,02 MMDH. Cette performance a été enregistrée dans un contexte où le Masi, indice principal du marché, a reculé de 4,1% pour plusieurs raisons notamment le mouvement de boycott de certaines grandes marques de consommation, ce qui a impacté la psychologie des investisseurs marocains et étrangers qui ont réduit progressivement leur exposition sur le marché casablancais.

A partir du début du 2e semestre jusqu’au 29 octobre dernier, le cours de la plus grande capitalisation de la place a avancé légèrement de 1,08%, drainant un volume de 1,2 MMDH, dans un marché qui a réalisé une contre-performance de 7,16%. Cette période intègre la publication des résultats du 1er semestre et du troisième trimestre de l’opérateur qui sont au beau fixe. 

Pour rappel, l'opérateur historique a profité de la stabilisation des prix sur le Mobile et l'augmentation de l'usage Internet, en plus de la réduction de l'impact de la libéralisation de la voix sur IP pour redresser son activité au Maroc. Ainsi, à fin septembre, le chiffre d’affaires global et le RNPG ressortent à 27,1 MMDH et 4,6 MMDH respectivement, en hausse de 4,2% et 2,7%.

Evolution du cours de Maroc Telecom sur une année

Source: LeBoursier

La seconde importante capitalisation du marché, Attijariwafa bank, a réalisé une baisse de 2,9% au cours du 1er semestre, inférieure à celle du marché, générant un volume de 3,3 MMDH. 

Au cours de la 2e période, le cours a subi une forte chute de 8,47% dépassant le repli du marché, et ce malgré la publication des résultats semestriels de la banque qui sont en légère hausse suite à une bonne tenue des marges : le produit net bancaire et le RNPG ont progressé de 7,53% et 6,35% respectivement à fin juin 2018.

Notons que le cours avait enregistré une légère hausse après la date du 20 septembre (date de publication des résultats) qui a fini par s’estomper rapidement (voir le graphique ci-dessous).

Evolution du cours d'Attijariwafa Bank sur une année

Pour la BCP, une baisse de 4,08% a été enregistrée durant le premier semestre, alignée à celle du marché. Cette évolution a été accompagnée par un volume de 1,16 MMDH. 

A partir du début du second semestre de l’année en cours, la banque a affiché une baisse de 3,9%, largement inférieure à celle du Masi. Le volume drainé est de l’ordre de 630 MDH.

Notons que le groupe bancaire a réalisé une forte progression de ses agrégats financiers au titre du premier semestre, publiés en août dernier : le produit net bancaire et le résultat net consolidé ont crû de 2% et 10,5% respectivement notamment grâce à une croissance de l’activité et une amélioration du coût du risque.

Evolution du cours de la BCP sur une année

Le plus grand cimentier de la place en termes de capitalisation, LafargeHolcim, a enregistré une baisse de 13,8% (le triple de la baisse du Masi) au cours du 1er semestre 2018, soit l’une des plus fortes baisses parmi les 10 grandes capitalisations. Cette baisse est significative vu qu’elle est accompagnée d’un volume de 711 MDH. 

Au cours de la seconde période, le cimentier a affiché une baisse de 7,97% avec un volume de 235 MDH. Cette contre-performance intègre les résultats baissiers de LafargeHolcim du 1er semestre. En effet, les bénéfices du cimentier ont reculé de 8% en cause du repli du marché du ciment, selon les informations du groupe.

Evolution du cours de LafargeHolcim sur une année

 

S’agissant de BMCE Bank, elle a vu son cours baisser de 3,27% en drainant un volume de 1,8 MMDH. A partir du mois de juillet, une baisse plus importante de 11,3% a été enregistrée jusqu’à présent.

Il convient de souligner que les indicateurs financiers du groupe au titre du 1er semestre sont en repli. L’activité de BMCE Bank a été marquée par un ralentissement subi à partir du 2e trimestre des activités bancaires. Son RNPG et produit net bancaire ont régressé de 12,7% et 2,8% en ordre respectif.

Evolution du cours de BMCE Bank sur une année

De son côté, Ciments du Maroc reste parmi les rares valeurs qui ont résisté sur le marché Casablancais durant le premier semestre. Son cours a progressé de 7,7%, générant un volume de 620 MDH. La tendance n’a pas tardé à s’inverser durant la 2e période. Le cimentier affiche, à la date du 29 octobre, une contre-performance de 20,3% pour un volume de 187 MDH.

En septembre, la société a annoncé une baisse de son activité et de son résultat : le chiffre d’affaires et le bénéfice net ont reculé de 4,2% et 5,1%, et ce, malgré ses performances opérationnelles.

Evolution du cours de Ciments du Maroc sur une année

Taqa Morocco a perdu 4,3% en bourse à fin juin 2018 en drainant un volume de 246 MDH. A compter du mois de juillet, le groupe a cédé 3,4% en générant 182 MDH.

Le premier producteur d’électricité au Maroc a connu une légère évolution positive de ses agrégats financiers grâce à ses performances opérationnelles au cours des 6 premiers mois de l’année en cours, ce qui a permis à son cours de se redresser pendant quelques séances seulement après la date de publication (voir graphique ci-dessous)

Evolution du cours de Taqa Morocco sur une année

Pour Cosumar, figurant également parmi les 10 plus grandes capitalisations du marché boursier marocain, son cours a terminé le premier semestre de cette année en baisse de 8,5% avec un volume de 808 MDH. Durant la seconde période retenue pour cette analyse, la valeur a perdu 6,1%.

Il est à noter qu’à partir du 2 juillet, le cours de Cosumar a fortement chuté en passant de 270 DH à 173 DH en quatre séances seulement.

Pour rappel, les agrégats financiers du groupe ressortent en baisse à fin juin, expliquée par un repli volontaire du chiffre d’affaires à l’export, avait indiqué le management. Le chiffre d’affaires global et le RNPG ont ainsi reculé respectivement de 12,3% et 14,3%.

Evolution du cours de Cosumar sur une année

Wafa Assurance, quant à elle, a enregistré la plus forte baisse parmi les 10 grandes capitalisations pendant le 1er semestre de 2018. Elle affiche -14% et un volume de 261 MDH. 

L’assureur affiche une contre-performance de 8,4% au titre de la deuxième période arrêté le 29 octobre.

Il faut noter qu’une partie importante de la baisse du cours est liée à la publication d'un profit warning par l’assureur le 15 août. Une évolution négative et significative du cours a eu lieu depuis le début du mois d’août (voir graphique ci-dessous).

Rappelons qu’à fin juin, les résultats de Wafa Assurance ont été plombés par la sinistralité qui pèse d’ailleurs sur tout le secteur des assurances au Maroc.

Evolution du cours de Wafa Assurance sur une année

Enfin, la dernière plus grande capitalisation de la place, Marsa Maroc, fait partie des valeurs qui ont résisté face à la baisse du marché puisqu’elle a affiché une légère amélioration de son cours de 2,5% au titre du 1er semestre et de 1,2% pour la seconde période. Les volumes drainés sont, en ordre respectif, de 1,1 MMDH et 466 MDH. 

A titre de rappel, les agrégats financiers de la société d’exploitation des ports ressortent en légère hausse à fin juin notamment grâce à une augmentation du chiffre d’affaires plus importante que celle des coûts d’exploitation.

Evolution du cours de Marsa Maroc sur une année

Le tableau ci-dessous synthétise les principales évolutions des grandes capitalisations depuis début 2018:

Source: BVC; Calcul: LeBoursier