Page d'accueil Bourse

Marché actions: voici les recommandations de CDG Capital Research

medias24

Dans leur dernier "Equity Report", les analystes de CDG Capital Research recommandent trois valeurs à l’achat, une à la vente et restent neutres par rapport à quatre valeurs.

Dans leur dernier "Equity Report", les analystes de CDG Capital Research recommandent trois valeurs à l’achat, une à la vente et restent neutres par rapport à quatre valeurs.

Les analystes de CDG Capital Research restent légèrement positifs concernant les résultats des secteurs bancaire et télécoms.

>> Lire aussi: Bourse: Paysage brumeux et perspectives d’évolution peu favorables (CDG Capital Research)

AWB "présente le meilleur potentiel de croissance"

CDG Capital Research recommande d’acheter le titre Attijariwafa bank et le valorise à un cours de 511 DH, soit un potentiel de hausse de 13,8% par rapport au cours observé à la clôture de la séance du 9 octobre (449 DH). A l’issue de la séance boursière de ce mardi 16 octobre, le cours s’est situé à 441 DH.

Cette recommandation tient compte des perspectives d’évolution suivantes :

A fin 2018, le groupe devrait connaitre une hausse de 5,1% des prêts et créances sur la clientèle à 293,9 MMDH, suite à l’augmentation de l’encours des crédits au Maroc et le soutien continu de l’Afrique subsaharienne.

Les analystes de CDG Capital maintiennent leurs prévisions pour le produit net bancaire (PNB) du groupe quasi-inchangé. Il s’inscrit globalement en ligne avec les résultats semestriels. Ainsi, le PNB du groupe devrait afficher une progression de 5,2% à 22,8 MMDH.

En face, CDG Capital anticipe une légère hausse du coefficient d’exploitation pour s’établir à 46,4%. Dans ce sillage, le résultat brut d’exploitation devrait s’établir à 12,2 MMDH, en progression de 4,7%.

Au niveau des indicateurs de risque, les analystes de CDG Capital prévoient une légère amélioration de la qualité des engagements. Ainsi, ils tablent sur un taux contentieux de 6,7% contre 7,0% à fin 2017.

Par ailleurs, ils prévoient une augmentation du montant global des provisions pour s’établir à 21,8 MMDH avec l’entrée en vigueur de la norme IFRS 9.

Selon CDG Capital, le résultat net part du groupe AWB devrait afficher une hausse de 4,3% à 5,6 MMDH.

BCP: l'allègement du coût du risque à l’ordre du jour

CDG Capital Research valorise la BCP à un cours de 306 DH, anticipant ainsi une hausse de 11,2% par rapport au cours de 275 DH observé le 9 octobre 2018. A la clôture de la séance de ce mardi 16 octobre, le titre affichait toujours un cours de 275 DH.

La société de bourse recommande donc d’acheter le titre. Cette recommandation s’explique par les hypothèses pour l’année 2018 suivantes :

Une progression de 2,2% du PNB du groupe à 16,7 MMDH. Cette hausse se déclinerait par une augmentation de 4,8% de la marge d’intérêt et une diminution de 9,8% du résultat des activités de marché, selon leurs estimations.

Les analystes de CDG Capital anticipent une légère progression du coefficient d’exploitation à 52% en 2018 contre 51,3% en 2017.

La mise en œuvre de l’IFRS 9 devrait impliquer une hausse de l’encours des provisions, qui devrait s’élever à 20,5 MMDH, soit 8% de l’encours brut.

CDG Capital Research trouve que le groupe a bien provisionné ces dernières années et anticipe un recul du coût du risque à 1,04% de l’encours moyen brut des prêts et créances sur la clientèle.

Consécutivement, la société de bourse maintient son estimation pour le RNPG qui devrait s’établir à 3 MMDH, en hausse de 4,4%.

BMCE: Une année 2018 difficile pour le groupe

La valorisation du groupe BMCE par CDG Capital conduit à un cours théorique de 201 DH, soit un potentiel de hausse de 6,3% en comparaison avec le cours observé le 9 octobre (189 DH). A la clôture de la séance de ce mardi, le cours s’est situé à 185 DH.

Néanmoins, "en se basant sur l’échelle de recommandation de CDG Capital, nous sommes neutres sur la valeur", indiquent les analystes de CDG Capital.

Suite aux réalisations du groupe au premier semestre, les analystes de CDG ont revu leurs prévisions à la baisse. Ils tablent désormais sur un recul de 1,8% du PNB à 13,1 MMDH. Ce repli proviendrait essentiellement de la baisse de 2,1% de la marge d’intérêt et une diminution de 7,5% du résultat des activités de marché.

Pour sa part, le coefficient d’exploitation se situerait à un niveau assez élevé par rapport aux comparables à 59,5%.

Au niveau des indicateurs de risque, la société de bourse table sur une augmentation de 9,4% du montant global des provisions à 13,7 MMDH avec l’entrée en vigueur de la norme IFRS 9. Au final, le résultat net part du groupe devrait afficher un repli de 7%, à 1,9 MMDH.

BMCI: le PNB peine à renouer avec la croissance

CDG Capital Research valorise le titre BMCI à  839 DH, soit un potentiel de hausse de 9,2% en comparaison avec le cours observé le 9 octobre 2018 (769,00 DH). Ce mardi, le titre a clôturé sur un cours de 750 DH.

Les analystes de CDG Capital restent neutres par rapport à cette valeur. Leur position tient compte des hypothèses suivantes:

- BMCI demeure majoritairement tributaire de l’évolution du secteur bancaire marocain puisque son business model demeure peu diversifié.

- La société de bourse table sur une légère baisse de 0,1% du PNB du groupe à 3 MMDH. Ceci proviendrait essentiellement de la légère baisse de la marge d’intermédiation. Le coefficient d’exploitation devrait rester quasi-inchangé à 52,5% en 2018. S’agissant de la mise en œuvre de l’IFRS 9, celle-ci devrait impliquer une hausse de l’encours des provisions qui devrait s’élever à 6,6 MMDH.

Au final, le résultat net part du groupe devrait afficher une hausse de 3,4%, à 565,8 MDH.

CDM: Une valorisation en ligne avec ses fondamentaux

CDG Capital reste neutre par rapport au titre Crédit du Maroc. Elle le valorise à 598 DH, soit un potentiel de hausse de 0,1% par rapport au cours observé le 9 octobre. A la clôture de la séance boursière du lundi 15 octobre, le titre s’est situé à 563 DH.

Voici les principales hypothèses de CDG Capital par rapport aux perspectives d’évolution du groupe CDM :

Compte tenu d’une croissance modérée de l’activité des crédits du groupe, d’une légère amélioration de la marge d’intermédiation, de la poursuite du développement de l’activité Retail et de l’évolution du domaine de la bancassurance, le PNB du groupe devrait affiché une progression de 4,4% à 2,3 MMDH.

Les analystes anticipent une baisse du coefficient d’exploitation à 52,2% en 2018 contre 54,3% en 2017, suite à la non récurrence des éléments exceptionnels enregistrés en 2017.

Ils prévoient également une quasi-stabilité du coût du risque à 417 MDH. Par conséquent, le RNPG devrait afficher une hausse de 12,1%, à 409,7 MDH.

Maroc Telecom, une valeur défensive

Le titre Maroc Telecom est valorisé à 138 DH, soit un potentiel de baisse de 4% par rapport au cours observé le 9 octobre (143,05 DH). A l’issue de la séance boursière de ce mardi, le cours s’est situé à 142,90 DH.

La société de bourse n’émet pas de recommandation par rapport à ce titre.

Compte tenu d’une légère hausse du CA au Maroc et d’une progression prévue de 3,7% du CA à l’international, le groupe devrait enregistrer une augmentation du CA de 2,7%, à 35,9 MMDH.

CDG Capital anticipe une légère amélioration de la marge opérationnelle en 2018 à 30,1% contre 29,5% en 2017 suite à :

> la non récurrence de la charge de restructuration constatée en 2017;

> l’impact positif sur les marges de la baisse des terminaisons d’appel ;

> la hausse de 5,8% des dotations aux amortissements selon nos prévisions.

LafargeHolcim Maroc: Révision à la baisse du cours cible

CDG Capital Research considère Lafargeholcim comme une entreprise solide, jouissant d’une situation financière saine, et ayant la capacité de dégager des marges importantes en dépit d’un contexte morose.

Elle la valorise donc à un cours de 1.812,20 DH par action. La décote observée ressort actuellement à 19,6% de sa juste valeur.

Le titre affichait un cours de 1.511 DH à la clôture de la séance de ce mardi.

Durant les deux prochaines années, le groupe LafargeHolcim sera confronté à plusieurs challenges, la baisse de la demande, la hausse des coûts, et des taux d’utilisation en baisse. L’ensemble de ses éléments poussent les analystes de CDG à être prudents vis-à-vis du groupe et de l’industrie en général.

Néanmoins, les analystes de CDG Capital soulignent qu’après la forte baisse du cours durant les neufs derniers mois (-23,5% en absolu versus marché -9,3%) la valorisation actuelle laisse place à une appréciation potentielle du titre de 19,6% (par rapport au cours du 10 octobre). Les analystes revoient leur objectif de cours de 1.812,2 DH (Versus 2.173,1 DH précédemment) et réitèrent leur recommandation d’acheter la valeur.

Sonasid à vendre

CDG Capital réitère sa recommandation de vendre le titre Sonasid et le valorise à un cours de 494,3 DH par rapport au cours observé le 10 octobre (525,10 DH). A la clôture de la séance de ce mardi, le cours se situait à 533,00 DH.

Dans un contexte de demande sans élan, d’une concurrence acharnée, le leader du rond à béton devrait réaliser des ventes en repli, selon CDG Capital. En outre, l’appréciation des cours du rond à béton en chine devrait continuer à soutenir la hausse du prix de l’acier au Maroc.

Dans ce sillage, la société de bourse trouve que le groupe Sonasid devrait réaliser un chiffre d’affaires de 4,18 MMDH, en hausse de 12,7%.

Par ailleurs, les prix de la ferraille devraient être soutenus par les restrictions de production en hiver en Chine et l’augmentation des capacités des fours à arc électrique. Une situation qui pourrait se traduire par l’effritement de marges du groupe Sonasid, puisque la ferraille représente le principal coût de production d’acier, selon les analystes.

Suite à la flambée des coûts et dans une moindre mesure à la baisse des volumes, le groupe devrait afficher un EBITDA de 285,8 MDH, en baisse de 3,4%, soit une marge de 6,8%.
Compte tenu de ce qui précède, le résultat net devrait ressortir à 80,3 MDH en 2018.