Tableau de bord

le 24/08/2019
MASI
MADEX

MASI Pts

medias24

Attijari Global Research (AGR), filiale d’Attijariwafa Bank, maintient sa recommandation d’acheter le titre Ciments du Maroc eu égard à sa capacité à surperformer le marché et à soutenir une hausse durable du dividende ainsi qu'au retour des bénéficies de sa filiale Suez Cement.

Attijari Global Research (AGR), filiale d’Attijariwafa Bank, maintient sa recommandation d’acheter le titre Ciments du Maroc eu égard à sa capacité à surperformer le marché et à soutenir une hausse durable du dividende ainsi qu'au retour des bénéficies de sa filiale Suez Cement.

Selon l’équipe d’AGR, le titre Ciments du Maroc (Cimar) justifierait une valorisation boursière de 1.800 DH, équivalente à un rendement du dividende récurrent de 5% et un multiple VE/EBE de 10,0 fois à horizon 2020. Ainsi, il s’agit d’un potentiel de croissance du titre de 22% en bourse (par rapport au cours observé le 21 septembre 2018).

Quatre principaux arguments sont avancés par ces analystes pour soutenir leur évaluation:

  > La capacité de Cimar à surperformer sur le MT la croissance du marché domestique du ciment tirant profit du potentiel de rattrapage des régions du Sud;

 > La capacité de soutenir une hausse durable du dividende grâce à des niveaux de marge peu volatils et une trésorerie excédentaire supérieure à 2 MMDH ;

 > Le potentiel de croissance externe via le levier de la dette. Le développement en Afrique est une ambition clairement affichée par le nouvel actionnaire Heidelberg Cement ;

 > Le retour aux bénéfices de la filiale Suez Cement au T1-2018 soutenu par le redressement progressif de l’économie égyptienne. Après avoir provisionné 1,3 MMDH sur cette filiale, Cimar disposerait in fine, d’un double effet positif. Il s’agit d’une part de la remontée des dividendes et d’autre part d’un potentiel de reprise sur provisions important.

Une évolution de l’activité qui surperforme légèrement le marché

S’agissant des réalisations semestrielles du groupe, les analystes d’AGR affirment qu'elles sont globalement en cohérence avec leurs prévisions annuelles 2018.

Pour rappel, le groupe qui vient de publier ses résultats ce lundi 24 septembre, a réalisé un CA de 1,9 MMDH en baisse de 4,2%, un EBE de 1 MMDH en hausse de 9,3%, et un bénéfice de 573 MDH en repli de 5%.

En dépit de la hausse de la consommation de ciment dans ses régions de présence, à savoir le Sud-Centre (+10,7%) et le Grand-Sud (+3,7%), les ventes en volume de l’opérateur s’inscrivent en retrait de -2,6% durant le S1-2018. «Cette évolution surperforme tout de même le marché national du ciment qui accuse une baisse de sa consommation de -2,9% sur la même période», estime l’équipe d’AGR.

"Un niveau de marge record grâce aux performances opérationnelles"

Cette dernière explique que malgré le renchérissement sensible des coûts énergétiques durant ce premier semestre, la marge d’EBE du groupe a atteint un niveau record de 52,2% sur la même période, en hausse de 6,4 pts. «En effet, l’augmentation du cours moyen du Brent d’environ 35% durant le S1-2018 devrait se refléter systématiquement sur le prix du Petcoke. Un intrant qui représente historiquement entre 30% et 35% des achats consommés des cimenteries», commentent les analystes d’AGR.

Et d’ajouter : «selon notre propre analyse, le groupe Cimar disposerait toujours d’une marge intéressante en termes d’économie d’énergie. Cette flexibilité permet à l’opérateur de faire face à la volatilité des cours du Petcoke à l’international et par conséquent, de préserver ses niveaux de marges».

Page d'accueil Bourse