Page d'accueil Bourse

Bourse: Comportement mitigé des valeurs du secteur agroalimentaire

medias24

En dépit de leur appartenance à la catégorie des valeurs défensives, les sociétés du secteur agroalimentaire et des boissons cotées en bourse ont peu résisté à la baisse du marché, à quelques exceptions.

En dépit de leur appartenance à la catégorie des valeurs défensives, les sociétés du secteur agroalimentaire et des boissons cotées en bourse ont peu résisté à la baisse du marché, à quelques exceptions.

Le secteur agroalimentaire et des boissons est représenté à la Bourse de Casablanca par huit sociétés qui ont toujours été considérées comme défensives, eu égart à la nature des produits qu'elles fabriquent et commercialisent (de consommation de masse) dont la demande est peu correclée aux fluctuations de la conjoncture économique.

Elles sont censées naturellement résister à la baisse que connaît le marché boursier depuis avril dernier. Remplissent-elles correctement leur rôle ?

L’indice "Agroalimentaire/Production" représente six valeurs, à savoir Cosumar, Lesieur Cristal, Central Danone, Dari Couspate, Cartier Saada et Unimer. En variation annuelle, il a cédé 8,12% (observé à l’issue de la séance du 23 juillet).

En face, l’indice "Boissons", qui reflète l'évolution des Eaux Minérales de Oulmès et des Brasseries du Maroc a perdu 2,95% (Year-to-date).

Il convient de rappeler que le Maroc a connu durant le premier semestre 2018 un mouvement de boycott de trois marques de grande consommation, dont deux appartiennent au secteur agroalimentaire et des boissons. 

Comme nous l’avait affirmé un directeur d’investissement dans une grande compagnie d’assurance de la place, dans un précédent entretien, "les valeurs agroalimentaires sont à fuir". 

"Suite au mouvement de boycott, les investisseurs sont devenus un peu frileux par rapport aux secteurs de grande consommation, spécifiquement l’agroalimentaire", avait-il expliqué.

D’ailleurs, Oulmès et Central Danone ont déjà alerté sur leurs résultats pour l’année 2018, suite au mouvement de boycott, lancé le 20 avril dernier, dont elles sont les cibles.
 

 >> Lire aussi :
           Boycott: Les Eaux Minérales d’Oulmès anticipe une baisse de ses résultats
           Centrale Danone prévoit un déficit de 150 MDH au premier semestre 

Depuis le lancement du mouvement du boycott le 20 avril, Oulmès a perdu plus de 25% pour se situer à 1.330,00 DH le 9 juillet, suite à l'échange de 10.325 actions. (Voir graphique ci-dessous).

Evolution du cours de Oulmès

Notons que son flottant sur la place Casablancaise est de 9,85% du capital, le nombre d’actions pouvant être échangé sur le marché est de 195.030.

Centrale Danone a subi également une baisse depuis le début du boycott de ses produits. La valeur a vu par la suite son cours augmenter de 18,71% depuis le boycott jusqu’à la séance boursière du 24 mai 2018 pour atteindre 793,00 DH. Ces variations ne sont significatives ni à la hausse ni à la baisse, eu égard à la faiblesse du volume échangé depuis le début du boycott (67 actions au total) et à la petitesse de son flottant en bourse (0,28% du capital).

Evolution du cours de Centrale Danone

En dehors de ces entreprises qui ont constitué des cibles pour le boycott, les autres valeurs du secteur affichent des évolutions mitigées. 

Dari Couspate insensible à la baisse du marché

Dari Couspate a bondi de plus de 12% en passant de 4.825,00 DH au 10 avril 2018 à 5.416,00 DH au 19 juillet 2018 (2.343 actions échangées au total). Ce spécialiste des pâtes et couscous résiste bel et bien en bourse

D’ailleurs, Hassan Khalil, DG de Cosumar, avait commenté dans un précédent papier que «le cours de Dari a suivi une trajectoire haussière importante depuis début 2016, expliquée principalement par un effet de rattrapage […] L’action Dari était restée pendant de très nombreuses années largement sous-valorisée».

Evolution du cours de Dari Couspate

Lesieur Cristal : Une correction de cours s’est imposée 

Pour sa part, Lesieur Cristal a reculé de 8,3% en bourse (entre le 2 avril et 20 juillet 2018), pour un volume de 1.698.890 actions échangées. 

Les analystes nous avaient expliqué que cette baisse s’explique par une correction du cours, ce dernier ayant atteint des niveaux élevés dernièrement.

Par ailleurs, ils étaient unanimes quant à la solidité des fondamentaux du groupe, eu égard à sa stratégie de diversification des activités et à son accès à la grande distribution facilité par son ancien adossement au groupe SNI.

Evolution du cours de Lesieur Cristal 

Cosumar : baisse du cours de 12,52%

Avant de dresser l’évolution du cours de Cosumar, il convient de rappeler que ce sucrier national a procédé à une augmentation de capital social par incorporation de réserves et création d’actions nouvelles à attribuer gratuitement aux actionnaires. Cette opération porte sur une émission de 31.495.714 actions, pour une somme totale de 314,95 millions de DH.

Suite à cela, le cours du sucrier national est passé de 260,20 DH à 180,00 DH le 5 juillet 2018.

Ainsi, et en se basant sur le cours ajusté au 2 avril (197,65 DH), Cosumar a baissé de 12,52% après l’échange de plus d’un millions d’actions au total, pour s’établir à 172,90 DH le 20 juillet 2018.

Evolution du cours de Cosumar 

 

Brasseries du Maroc baisse de 11%

Brasseries du Maroc n’a pas échappé à la baisse du marché. Elle a d’ailleurs cédé à peu près 11% de sa valeur depuis le début du mois d’avril 2018 jusqu’au 20 juillet pour se situer à 2.800,00 DH.

 Au total, 35.186 actions ont été échangées durant cette période.

Evolution du cours de Brasseries du Maroc

 

Unimer résiste malgré sa quasi-illiquidité 

Même avec un flottant de 18,45%, Unimer reste la valeur la moins liquide du secteur. Elle n’a presque pas bougé durant la période de baisse du marché. Depuis le mois d’avril de l’année en cours, elle n’a connu que sept séances de cotation. Suite à cela, elle a gagné de 7,14% après l’échange de 5.222 actions au total.

Evolution du cours d'Unimer