Page d'accueil Bourse

A la BVC, les valeurs technologiques ont le vent en poupe

medias24

6 des 7 valeurs de l'indice Matériels, Logiciels et Services Informatiques affichent des progressions considérables de leurs cours boursiers depuis le 31/12 de l'année écoulée. L'indice ne regroupe pas de grandes capitalisations de la place mais ses valeurs séduisent de plus en plus les investisseurs.

6 des 7 valeurs de l'indice Matériels, Logiciels et Services Informatiques affichent des progressions considérables de leurs cours boursiers depuis le 31/12 de l'année écoulée. L'indice ne regroupe pas de grandes capitalisations de la place mais ses valeurs séduisent de plus en plus les investisseurs.

A la bourse des valeurs de Casablanca, l’indice Matériels, Logiciels et Services Informatiques a le vent en poupe. L’indice technologique a pris plus de 19% en variation Year-to-date, soit depuis un mois seulement. Il affiche la deuxième plus grande progression en YTD après l’indice «Chimie», qui continue son envolée (+38,42%) grâce à sa valeur phare, la SNEP (+46,13% en YTD).

La star de l’indice technologique actuellement n'est autre que la valeur Disway, qui a vu son cours boursier atteindre 500 DH, au 31 janvier dernier, enregistrant ainsi une variation YTD de plus de 22%.  Historiquement, le cours de la valeur Disway avait même dépassé les 601 DH en juin 2010 et était resté au-delà de la barre des 500 DH, jusqu'à la mi-mars 2011, période à partir de laquelle le cours de Disway s’est engagé dans une tendance drastiquement baissière.

Mais aujourd’hui, il faut dire que Disway est guettée des investisseurs qui la suivent de très près. Un connaisseur des entreprises du secteur nous explique que les forces de Disway, ce sont sa stratégie de développement à l’international et la recherche de nouveaux gisements de croissance. L’entreprise vient d'ailleurs d’annoncer, il y a quelques jours, s’être lancée dans la distribution de solutions solaires photovoltaïques.

Une diversification peu conventionnelle pour une entreprise qui d’habitude opère dans la distribution de matériel informatique: «Ils ont construit un bon savoir-faire dans la distribution, et ils capitalisent sur ça», estime notre interlocuteur.

D'une autre part, les yeux sont rivés ces derniers temps sur Microdata. L'entreprise de modeste taille, spécialisée dans le conseil, l'infrastructure IT et l'intégration de services, affiche également très bonne mine. En YTD, le cours de la valeur Microdata a progressé de plus de 18% pour atteindre 291 DH à la clôture de la séance de ce premier février. La veille, elle clôturait à un niveau record de 303 DH. Que ce soit au cours d'aujourd'hui ou celui de la veille, Microdata s'échange en bourse à des prix qu'elle atteint pour la première fois depuis son introduction début 2008.

Une aubaine pour les investisseurs qui ont cru dès le départ en cette valeur. Car malgré la discrétion de l'entreprise quant à ses projets et ambitions, Microdata n’a jamais ou alors très peu déçu depuis sa cotation à la place casablancaise. Son dividende est respectable, ses indicateurs financiers tiennent la route, et rien ne semble perturber cette tendance, selon les chiffres du premier semestre 2017. Ceux-ci montrent un chiffre d’affaires de 277,1 MDH (+5,3% en glissement annuel), ainsi qu’un résultat net se situant à 22,8 MDH, en progression de 9,5%.

Outre les valeurs précitées, les valeurs du secteur de la monétique continuent de tirer l'indice technologique vers le haut. En YTD, S2M affiche une progression de 20%; HPS de 19,42%; et M2M Group +7,30%. Comme nous l'avons indiqué dans un précédent article, ces valeurs se portent bien grâce à une trilogie regroupant la R&D et l'innovation; la force exportatrice; et une démarche commerciale internationale.

En effet, Rachid Jankari, expert dans le domaine des technologies de l'information, du commerce électronique et de l'intelligence économique, nous avait expliqué que la monétique est "une activité qui est catalysée par la dynamique de l'export, et qui ne dépend pas seulement du marché local. Les entreprises de la monétique sont donc moins sensibles à la conjoncture nationale que les autres secteurs".

L’indice technologique comprend également deux valeurs: IB Maroc, qui a déposé sa demande de radiation de la BVC en 2016, et Involys qui, pour sa part, demeure pénalisée par de modestes performances financières.

Même si l’année commence assez bien pour IB Maroc (+ 4,51% en YTD), les doutes persistent quant à ses performances financières pour 2017, surtout après avoir déjà affiché des résultats en deçà des prévisions au premier semestre de l’année écoulée. Et avec l’hypothèse de son retrait, la valeur ne séduit pas assez.

Involys, pour sa part (-10,53% en YTD) est pénalisée par son profit warning publié en janvier dernier, qui alerte sur les résultats de 2017. La société y annonce qu’en dépit d’un chiffre d’affaires qui devrait s’inscrire en progression par rapport à celui de l’année précédente, le résultat net devrait connaître une baisse, à cause du "report d'exécution de phases avancées de grands projets de l'entreprise".

Assurances. Les primes émises par le secteur dépassent les 40 MMDH en 2017

Crédit du Maroc. Présentation des résultats annuels

>