Séance du 28/09/2020

Indices

MASI
MADEX

MASI Pts

Les plus fortes variations

medias24

En cette période de crise et de manque de visibilité, les petits porteurs adoptent des stratégiques de placement en bourse différentes. Selon le responsable d’une cellule d'analyse et recherche de la place, ils sont devenus moins actifs, plus prudents mais ils restent présents sur le marché. Un petit porteur interpellé par LeBoursier confirme cette tendance.

Bourse : les petits porteurs moins actifs mais toujours présents

Par M. Ett. | LE 10-09-2020 16:21
En cette période de crise et de manque de visibilité, les petits porteurs adoptent des stratégiques de placement en bourse différentes. Selon le responsable d’une cellule d'analyse et recherche de la place, ils sont devenus moins actifs, plus prudents mais ils restent présents sur le marché. Un petit porteur interpellé par LeBoursier confirme cette tendance.

Avec la crise actuelle liée à la pandémie du Covid-19, les difficultés rencontrées par plusieurs sociétés cotées, et le manque de visibilité qui règne sur la sphère économique ; les petits porteurs de la bourse de Casablanca sont un peu perdus.

Il est difficile de cerner leur stratégie de placement actuelle. Ils n’adoptent pas les mêmes comportements face aux évolutions qu’a connues la bourse depuis le déclenchement de la crise.

Selon le responsable d’une cellule d'analys et recherches chez une banque de la place, « en cette période, les petits porteurs n’adoptent pas la même stratégie d’investissement. Leurs placements dépendent de leur profil, à savoir leur aversion au risque et de leur besoin de liquidité ». 

« Il y a certains petits porteurs qui se focalisent de plus en plus sur les valeurs liquides, d’autres qui optent spécialement pour les Big Cap afin de toucher au rendement », nous indique-t-elle.

Pareil pour l’horizon de placement, « chacun investit selon l’horizon de placement qui lui convient et qui convient à son besoin de liquidité», ajoute notre interlocutrice.

« On a remarqué aussi qu’ils ne se sont pas tous débarrassé des titres détenus. Il y a des investisseurs qui ont préféré se retirer du marché. Mais la majorité des petits porteurs est restée. Certes, ils sont moins actifs et plus prudents, mais ils sont toujours là », continue-t-elle.

Phase d’attentisme

Interpellé sur son comportement en bourse, un petit porteur nous a indiqué qu’il est en phase d’attentisme, « comme beaucoup d’autres investisseurs », commente-t-il.

« Lors de la chute des cours à la bourse, j’ai effectué des remaniements, je me suis débarrassé de quelques titres et j’ai ajusté mon portefeuille en saisissant quelques opportunités de placement », nous indique-t-il.

Et d’ajouter : « Je reste positionné sur le marché en gardant mes titres mais je n’investis pas en ce moment. Il n’y a pas de visibilité. Et la manière avec laquelle les autorités publiques gèrent la situation sanitaire ne rassure pas et ne permet pas d’être optimiste. On ne sait pas s’il va y avoir un retour au confinement de la population ou pas ».

« Dans ces conditions, on ne peut pas savoir ce qui pourrait impacter davantage le marché boursier. De plus, les résultats semestriels commencent à peine à tomber. Nous ne savont pas quels seront les effets à long terme de cette crise sur le marché et les sociétés cotées », conclut-il.

Les petits porteurs ont profité de la baisse du marché

En analysant les statistiques livrées par l’AMMC au niveau du rapport du profil des investisseurs au premier trimestre 2020, on remarque que le volume des achats drainés par les petits porteurs marocains sur le marché central des actions a augmenté de plus de 100% en passant de 273 millions de DH en février 2020 à 544 millions de DH en mars dernier. 

En face, le volume des ventes généré par cette catégorie d’investisseurs pendant le mois de mars a atteint 478 millions de DH, en hausse de 80%.

Pendant le mois analysé, les petits porteurs étaient donc positionnés à l’achat. Cette tendance est observée également à la fin du deuxième trimestre 2020, d’après le rapport de l’AMMC.

A la fin du deuxième trimestre 2020, le volume des achats des personnes physiques marocaines s’est situé à 1,19 milliard de DH, en hausse de 8,85% en comparaison avec le premier trimestre 2020, dépassant ainsi le volume des ventes qui s’est établi à 713 millions de DH, en baisse de 40,8% en comparaison avec le premier trimestre.

Ces évolutions montrent qu’il y a des investisseurs qui ont profité de la forte baisse des cours qu’a connue la bourse au commencement de la panique pour se positionner sur le marché, soit en effectuant des transactions de très courtes durées (spéculations), soit en acquérant des valeurs dont le cours a sensiblement baissé mais qui gardent un potentiel de hausse pour les préserver dans leur portefeuille.

Aller à