Séance du 06/07/2020

Indices

MASI
MADEX

MASI Pts

Les plus fortes variations

medias24

Le déconfinement progressif déjà entamé ainsi que la reprise générale de l’activité économique prévue jeudi 25 juin au Maroc ne sont pas suffisants pour rassurer les investisseurs qui interviennent sur le marché boursier. Des analystes de la place tablent sur une baisse des indices boursiers en 2020 dont l'ampleur dépend des futures annonces gouvernementales. 

Bourse : Les investisseurs manquent toujours de visibilité malgré la reprise des activités économiques

Par M. Ett. | LE 22-06-2020 16:07
Le déconfinement progressif déjà entamé ainsi que la reprise générale de l’activité économique prévue jeudi 25 juin au Maroc ne sont pas suffisants pour rassurer les investisseurs qui interviennent sur le marché boursier. Des analystes de la place tablent sur une baisse des indices boursiers en 2020 dont l'ampleur dépend des futures annonces gouvernementales.

La reprise générale de l’activité économique au Maroc prévue à partir de ce jeudi 25 juin ne semble pas avoir rassuré les investisseurs. Ceux-ci n’ont toujours pas assez de visibilité pour se renforcer sur le marché boursier. 

Le marché a pu se ressaisir depuis quelques semaines. De plus, au lendemain de l’annonce par Bank Al-Maghrib de la baisse du taux directeur de 50 pbs qui a eu lieu mardi 16 juin, le MASI, principal indice de la cote casablancaise, a gagné 3,51% en une séance de cotation pour se situer à 10.438,48 points.

Selon un analyste de la place, «le marché a pu corriger de plus de 10% à la hausse suite à la baisse du taux directeur. Cette correction intègre également la reprise de l’activité économique.

Maintenant, l’évolution future du marché dépend de la visibilité que les investisseurs pourront avoir. Celle-ci est liée, en grande partie, aux annonces gouvernementales attendues, notamment le plan de relance économique concernant plusieurs secteurs touchés par la crise et la loi de finances rectificative ».

A rappeler que les pertes du MASI causées par la crise se sont situées à 26% au 22 avril. Par la suite, la baisse du MASI cumulée depuis le début de l’année en cours a été réduite pour s’établir à 14,65% à la clôture de la séance de ce lundi 22 juin. 

A l’issue de cette séance de cotation, le MASI a affiché une petite hausse de 0,31%, accompagnée d’un volume d’échange de 171,66 millions de DH, en baisse en comparaison avec les volumes drainés au cours de la semaine du 15 juin (semaine de l’annonce de Bank Al-Maghrib) qui oscillaient autour de 240-540 millions de DH.

Les résultats des sociétés cotées au 1er semestre sont aussi attendus avec impatience. « Les résultats du 1er semestre permettront aux investisseurs d’avoir un peu plus de visibilité, surtout puisqu’ils vont refléter une grande partie de l’impact réel de la crise du Covid-19 sur les sociétés », souligne notre analyste.

Et d’ajouter : «il ne faut pas oublier qu’on passe toujours par une période de crise. Il y a toujours un manque de visibilité sur le plan sanitaire. Le scénario d’une deuxième vague n’est pas exclu ». 

Dans ce contexte, « les indices boursiers termineront en baisse cette année. En gros, l’ampleur de cette baisse dépendra des annonces gouvernementales qui seront faites. Mais on peut, pour le moment, tabler sur une baisse de 11-12% », pense notre analyste.

Scénario pessimiste

D’après une analyste de la place, la baisse des indices boursiers de la cote pourrait se situer autour de 25-30% cette année

Et d’expliquer : « la légère reprise que connait le marché depuis un moment, portée en grande partie par la baisse du taux directeur pour la deuxième fois consécutive en cette année ; est momentanée. Rien ne garantit que le marché continuerait sur ce trend spécialement avec les résultats du premier semestre qui sont prévus en baisse vu que plusieurs secteurs ont été impactés par la crise du Covid-19 ». 

Aussi, « les résultats semestriels ne seront pas au rendez-vous et sur cette base, les investisseurs s’attendent à une baisse plus importante du marché », ajoute notre source. 

C’est pour dire que « la baisse du MASI enregistrée depuis le début de l’année en cours n’est pas énorme. Elle ne reflète pas vraiment l’impact de la crise », continue-t-elle.

« Le marché reste imprévisible », conclut-elle. La preuve : la crise du Covid-19 qui a émergé sans que personne ne puisse l’anticiper ou la prendre en compte lors des études du risque des marchés.
 

>>> Lire aussi : Pourquoi la Bourse de Casablanca a réagi positivement aux décisions de Bank AL-Maghrib

Aller à