Séance du 23/10/2020

Indices

MASI
MADEX

MASI Pts

Les plus fortes variations

medias24

La sortie du Trésor à l’international devrait donner un peu visibilité aux investisseurs. Mais ceux-ci vont rester très vigilants. Dans ce contexte, la courbe des taux ne devrait pas connaître de fortes variations sur le court terme, d’après le directeur d’une société de gestion de la place. 

Bons du Trésor : une stabilisation de la courbe des taux est prévue à court terme

Par M. Ett. | LE 24-09-2020 15:47
La sortie du Trésor à l’international devrait donner un peu visibilité aux investisseurs. Mais ceux-ci vont rester très vigilants. Dans ce contexte, la courbe des taux ne devrait pas connaître de fortes variations sur le court terme, d’après le directeur d’une société de gestion de la place.

L’évolution des taux d’intérêt des Bons de Trésor a été influencée par plusieurs facteurs cette année. Les taux ont démarré l’année sur une baisse, poursuivant ainsi la tendance observée en 2019. Leur baisse s’est maintenue après les deux baisses du taux directeur jusqu’à fin juin 2020. Par la suite, une légère correction à la hausse a été observée au cours des mois de juillet et août.

Contacté par LeBoursier, le directeur d’une société de gestion de la place, préférant s’exprimer sous couvert d’anonymat, analyse l’évolution de la courbe des taux cette année « La courbe des taux d’intérêt a connu des changements importants durant l’année 2020. Ces changements ont été imposés par les décisions de la Banque centrale sur la baisse du taux directeur à deux reprises, en mars et juin».

« On a constaté qu’à la fin du mois juin, la courbe avait intégré la baisse du taux. Durant les mois juillet et août, il y avait une période d’accalmie qui a quand même connu de légères hausses sur la partie moyenne et longue », précise-t-il.

Et d’ajouter : « Maintenant, son évolution reste tributaire de l’évolution de la situation des finances publiques, notamment l’évolution du déficit budgétaire. Elle est également tributaire de la demande du marché et de la situation de la liquidité sur le marché ».

A rappeler que le déficit budgétaire s’est situé à 46,5 milliards de DH à fin août 2020, d’après la situation des charges et des ressources du Trésor (SCRT) publiée par le ministère des Finances. Hors fonds Covid-19, le déficit a explosé de 80,7% à fin août 2020 par rapport à fin août 2019, en augmentant 55,5 milliards de DH.

S’agissant de la situation de la demande sur le marché des Bons de Trésor, notre interlocuteur nous indique que : « Le flou persiste toujours. Il y a des craintes quant à l’aggravation du déficit budgétaire et quant à la situation des finances publiques en général. Dans ce contexte, les investisseurs privilégient beaucoup plus les maturités courtes, c’est-à-dire, les bons du Trésor de 3 mois à 2 ans ».

« La partie moyen et long terme a été délaissée. Les investisseurs n’ont pas soumissionné énormément sur cette partie parce qu’il y avait toujours des craintes », continue notre source.

L’évènement qui était épié par le marché changera un peu la donne. « La sortie du Maroc à l’international devrait alléger un peu la pression sur le déficit budgétaire. Conformément à ce qui a été annoncé dans la loi de finance, 60 milliards de DH seront levées à l’international. La sortie du Trésor à l’international donnera un peu de visibilité aux investisseurs », estime notre interlocuteur.

Toutefois, « il ne faut pas trop compter sur cette opération. Le marché va quand même rester très vigilent. Les investisseurs vont rester très regardants sur l’évolution de la situation macroéconomique »

Quel impact sur l’évolution des taux ?

« La courbe des taux devrait se stabiliser au cours des prochains mois vu qu’elle a déjà intégré les effets des décisions monétaires qui ont été décidées au cours de l’année, et, aussi, parce que le manque de visibilité persiste sur le marché. Elle ne va pas connaître de fortes variations sur le court terme. Le marché va suivre à la fois le bouclage du déficit budgétaire au titre de l’année 2020 et les interventions du Trésor ainsi que la loi de finance 2021, les projections de croissance et la relance économique d’une façon générale », conclut-il.
 

Aller à