Séance du 22/01/2021

Indices

MASI
MADEX

MASI Pts

Les plus fortes variations

medias24

Face à une inflation qui évolue à un niveau très bas depuis longtemps, Bank Al Maghrib est accusée de rester les bras croisés. Le Wali explique que ce n'est pas la Banque centrale qui peut y rémedier mais c'est l'activité et les opérateurs économiques qui agissent sur le niveau des prix. 

Bank Al Maghrib n'a pas un bouton à appuyer dessus pour générer de l'inflation (vidéo)

I.B. | LE 27-11-2020 
Face à une inflation qui évolue à un niveau très bas depuis longtemps, Bank Al Maghrib est accusée de rester les bras croisés. Le Wali explique que ce n'est pas la Banque centrale qui peut y rémedier mais c'est l'activité et les opérateurs économiques qui agissent sur le niveau des prix.

Abdellatif Jouahri est intervenu dans le cadre d'une audition à la Commission des finances de la première Chambre, organisée mardi 24 novembre, sur le thème de la politique monétaire et la réponse de Bank Al-Maghrib et du système bancaire à la crise.

Concernant l’inflation, qui est à un niveau anormalement bas depuis longtemps, selon le Haut commissariat au plan (HCP), Bank Al Maghrib est accusée d’être inactive sur ce point

"Je suis surpris d'entendre qu'on s'attend à ce que Bank Al Maghrib fasse augmenter l'inflation à 4% ou 5%", a exprimé le wali, “On n’a pas de bouton pour générer de l’inflation à Bank Al Maghrib” répond la wali à ces accusations.

“La monnaie mesure le prix des marchandises et la somme pondérée de ces prix mesure l’inflation.” explique-t-il. Il ajoute que “la banque centrale reçoit l'indice des prix de la part du HCP et ne dispose que d’outils à utiliser quand il y a une forte inflation ou une déflation” 

A titre d'exemple, il mentionne la Banque centrale européenne ou encore celle du Japon qui font face à une très faible inflation depuis des décennies avec tous les efforts budgétaires et la politique monétaire déployés pour y faire face.

"Ce sont des fondamentaux économiques qui ne sont pas maîtrisé. C'est l’activité et les opérateurs économiques qui peuvent créer de l’inflation, pas la banque centrale." précise Abdellatif Jouahri. 

Par ailleurs, "c'est BAM qui a demandé au HCP de réformer l’indice des prix à la consommation, qui était trop vieux et datait de 2007” conclut le wali.

 

>> Lire Aussi : Abdellatif Jouahri : "La compétitivité du Maroc ne dépend pas que de la réforme du régime de change"

 

Aller à
Atlanta