Séance du 26/11/2020

Indices

MASI
MADEX

MASI Pts

Les plus fortes variations

medias24

Après deux trimestres marqués par la baisse des transactions immobilières, le troisième annonce la reprise selon l’indice des prix des actifs immobiliers de Bank Al Maghrib. Les prix sont en hausse par rapport au second trimestre et le nombre de transactions a explosé. Mais comparé à l’an dernier, les indicateurs restent encore entamés par les effets de la crise. 

 

Immobilier : Prix et transactions se redressent au troisième trimestre

 | LE 17-11-2020 
Après deux trimestres marqués par la baisse des transactions immobilières, le troisième annonce la reprise selon l’indice des prix des actifs immobiliers de Bank Al Maghrib. Les prix sont en hausse par rapport au second trimestre et le nombre de transactions a explosé. Mais comparé à l’an dernier, les indicateurs restent encore entamés par les effets de la crise.

L’indice des prix des actifs immobiliers (IPAI) du troisième trimestre 2020 montre un renversement de la tendance baissière des deux premiers trimestre de l’année. L’indice établi par Bank Al-Maghrib et l’Agence Nationale de la Conservation Foncière, du Cadastre et de la Cartographie (ANCFCC) fait ressortir une forte amélioration du nombre de transactions et une hausse de l’indice des prix sur le troisième trimestre par rapport au second trimestre. Il est à préciser que l’indice dressé par BAM et l’ANCFCC couvre les biens immobiliers ayant fait l'objet d'au moins 2 transactions pendant la période analysée et ne donne pas une vision globale du marché.

L'indice global des prix de l'immobilier a augmenté de 3,6% par rapport au second trimestre. Sur la catégorie des biens résidentiels, il a augmenté de 3,6% par rapport au trimestre dernier. La tendance s’est aussi manifestée sur le foncier (+3,6%) et sur les biens à usage professionnel avec +5,1%.

Le nombre de transactions immobilières globales sur la période a, quant à lui, explosé de 117,6% par rapport au second trimestre. Une hausse qui se concrétise sur toutes les catégories de biens immobiliers. Les transactions sur le résidentiel sont en croissance de 96,2% par rapport au second trimestre 2020. Concernant le foncier et l'immobilier professionnel, les hausses sont respectivement de 188,8% et 181,9%. 

         

Source : Bank Al Maghrib

Une reprise fiscalement encouragée

Ces améliorations sur le marché immobilier découlent de différents facteurs, notamment la levée du confinement à partir du mois de juin qui a permis de redynamiser le marché et concrétiser certaines transactions. Mais différentes incitations fiscales sont venues tonifier l’immobilier. Notamment la baisse de 50% sur les droits à l’enregistrement pour les biens construits à usage d'habitation et dont le prix ne dépasse pas 2,5 millions de dirhams, actée dans la loi de finances rectificative. De même pour l’exonération totale des droits d'enregistrement a également qui aété accordée aux acquéreurs de logements sociaux. Puis enfin, la suspension de l'application du référentiel des prix des actifs immobiliers de la direction générale des impôts a également stimulé le marché.

Me Abdellatif Yagou, président du conseil national de l’Ordre des notaires du Maroc, contacté par la Boursier, atteste de la relance du secteur. « La reprise est bel et bien en cours et elle a notamment été boostée par les mesures adoptées dans la loi de finances rectificative. Ce trimestre est marqué par une large reprise des transactions immobilières ce qui est normal car on sort d’une période de rupture totale durant le second trimestre » explique-t-il.

BAM indique d’ailleurs dans sa note que « le nombre de transactions est revenu à des niveaux comparables à ceux d’avant crise ». En effet, à Rabat et Casablanca, le nombre de transactions durant le troisième trimestre 2020 revient au même niveau que celui enregistré au dernier trimestre 2019.

Les symptômes de la crise toujours présents

Si le marché immobilier affiche de meilleurs indicateurs sur le troisième trimestre 2020, il faut néanmoins signaler qu'ils restent en majorité inférieurs à ceux de l’an dernier. Concernant l’indice des prix global au troisième trimestre 2020, il s’est déprécié de 0,8% par rapport à l’an dernier. L’indice des prix des biens résidentiels affiche un retrait de 1,2% et le foncier un très léger recul de 0,4%. Seuls les biens immobiliers à usage professionnels affichent une hausse de 3% par rapport au troisième trimestre 2019.

Les transactions également sont en retrait par rapport au T3 2019. Leur nombre a chuté de 9,5%. Sur la catégorie des biens résidentiels, le nombre de transactions est en baisse de 15,3% par rapport à l’an dernier.

Seules les transactions concernant les biens destinés aux professionnels ont connu une hausse de 22,8%. Les transactions liées aux locaux commerciaux ont affiché une progression de 22,4% et celles liées au bureaux, une chute de 25%. Mais là encore, les chiffres sont dus à la crise. « La forte baisse des transactions concernant les bureaux vient du fait que les gens préfèrent louer plutôt qu’acheter étant donné la conjoncture actuelle et la démocratisation du télétravail. Dans le segment des magasins et locaux commerciaux, la dynamique des transactions vient du fait que la crise a poussé les propriétaires à vendre leurs biens pour faire face à la crise » conclut Me Abdellatif Yagou.

Malgré cette crise, l'embellie dans les transactions devrait se poursuivre sur le dernier trimestre de l'année 2020. Pour Me Hafid Oubrayem, président du Conseil Régional des notaires de Casablanca, l'optimisme est de mise. « Le dernier trimestre 2020 devrait être encore meilleur grâce aux avantages fiscaux octroyés, en aprticulier sur le segment des logements sociaux. Il y aura certainement quelques freins notamment les grèves hebdomadaires au niveau des conservations foncières, les jours fériés durant le mois de novembre... Tout cela pourra ralentir légèrement les transactions, mais dans l'ensemble, je pense que le dynamisme se maintiendra ». Mais pour d'autres, si l'optimisme est de mise, la prudence aussi. Contacté par nos soins, un notaire nous explique : « Je reste optimiste quant à la suite, car il y a des opportunités à saisir avec la baisse de certains actifs et donc de bonnes affaires à réaliser. Certains promoteurs qui devait liquider des stocks ont proposé des choses intéressantes. Mais il faut garder en tête la situation épidémiologique qui s'est largement dégradée depuis le mois d'octobre. On sent qu'il y a une réticence de la part des gens et de leur volonté d'acquérir. Mon sentiment reste mitigé quant aux performances sur le dernier trimestre 2020 ».

 

Aller à