Page d'accueil Actus

Boissons: Un marché en pleine ébullition

medias24

Le marché des boissons connaît, et connaîtra, plusieurs mutations, plus particulièrement sur les segments des eaux embouteillées et des boissons gazeuses.

 

Le marché des boissons connaît, et connaîtra, plusieurs mutations, plus particulièrement sur les segments des eaux embouteillées et des boissons gazeuses.

Une tendance qui concerne aussi bien les deux entreprises cotées du secteur, à savoir Les Eaux Minérales d'Oulmès et Brasseries du Maroc, que d’autres acteurs bien installés comme Sotherma (Aïn Saïss, Sidi Harazem) ou le géant Coca-Cola.

Pour sa part, le segment des boissons gazeuses, largement dominé par The Coca-Cola Company et quelques marques locales, verra peut-être l’avènement d’un nouvel entrant, ou plutôt d’un revenant: Brasseries du Maroc.

Des sources bien informées affirment que la société songe à relancer ses marques mythiques de boissons gazeuses, à savoir La Cigogne, Judor ou Youki.

Une diversification compréhensible eu égard aux particularités de la branche des boissons alcoolisées, segment phare de Brasseries du Maroc, marqué par plusieurs difficultés: la coïncidence des mois sacrés de Chaâbane et Ramadan avec la saison estivale ces dernières années, mais surtout les augmentations successives des taxes sur les boissons alcoolisées, impactent indéniablement la rentabilité de l'entreprise.

Le premier virage stratégique du groupe s’est fait en 2010, et ce vers l’eau minérale. Brasseries du Maroc avait alors acquis la société  Euro-Africaine des eaux (EAE) qui exploite la source de Ben Smim, et a procédé au lancement de la nouvelle eau de source baptisée Aïn Ifrane en juillet 2010.

Bien que cette eau minérale grignote de petites parts de marché aux concurrents, Brasseries du Maroc n’en est pas totalement satisfaite, et veut reconquérir le marché des boissons gazeuses, avec comme force de frappe l’ancrage fort de ses marques légendaire dans la société marocaine.

D'une autre part, La Société des Eaux Minérales d’Oulmès capitalise, elle aussi, sur une marque bien ancrée pour conquérir le marché des boissons gazeuses: Orangina.  La filiale de Holmarcom se relance dans le secteur après une expérience pas tellement réussie: Celle de Pepsi.

En effet, en 2010, et près de 7 ans après avoir signé le contrat de franchise avec Pepsico pour l’embouteillage et la distribution des boissons gazeuses de la marque au Maroc, Oulmès a vendu ses actifs immobilisés liés à cette activité à l'indien Varun Beverages Morocco, principal embouteilleur de Pepsi à travers le monde.

Cette année, Oulmès retente le coup avec Orangina, en partenariat avec le japonais Suntory Beverage and Food (SBF). Oulmès a créée à cet effet une filiale, Oulmès Drinks Development, société industrielle visant à développer, en plus de la marque Orangina, n’importe quel produit gamme des produits SBF au Maroc.

En effet, la filiale de Holmarcom affirme que le partenariat conclu avec Suntory, devrait s’étendre dans les 2 prochaines années à de nouvelles marques de boisson.

L’eau embouteillée, véritable arène de guerre

Sur le segment des eaux embouteillées, la guerre est plus intense. Des entrants relativement nouveaux, comme Coca-Cola, qui détient l'eau de table Ciel, cherchent même à s’y renforcer : «Nous sommes en train d’étudier les opportunités pour être présents d’une manière plus forte sur ce marché», avait affirmé Loubna Sabir, directrice de la communication chez Coca-Cola Company, dans un entretien accordé à Médias 24.

Le marché est très porteur, et plusieurs entreprises y voient un véritable relais de croissance, chiffres à l’appui : Durant les trois dernières années, la consommation annuelle par habitant a enregistré un TCAM de 8,7%. Elle se chiffrait en 2005 à moins de 10 litres/Hab, contre 30,7 litres/Hab en 2016, selon les chiffres du cabinet Nielsen.

Le secteur compte actuellement 5 opérateurs importants. Le leader du marché est incontestablement Les Eaux Minérales d'Oulmès, bien que la filiale de Holmarcom perde chaque année de petites parts de marché en faveur des autres opérateurs:

Al Karama: Aïn Soltane; C.C.I: Coca-Cola Company, avec l'eau de table Ciel

L'industrie marocaine des eaux embouteillées demeure très concentrée puisque Les Eaux Minérales d’Oulmès, Sotherma et Al Karama représentent à elles seules environ 90.4%des ventes en valeur à fin décembre 2016.

Ceci étant, des bruits de couloirs à Paris affirment que Danone, actionnaire à hauteur de 30% de la Sotherma, songe à vendre ses parts à des investisseurs intéressés par le marché marocain des eaux embouteillées, ô combien porteur. En tout cas, si ces rumeurs s’avèrent vraies, le désengagement de Danone du secteur ne sera logique que si l’entreprise française empoche un pactole conséquent. 

D'autres eaux minérales, de petites marques, sont également à vendre. Dans le business des eaux, détenir une marque n'est pas suffisant. Le vrai nerf de la guerre, c'est la logistique et les moyens de transport, autrement dit la distribution, les camions et la force de vente.

Séance du 20-06-2018

Marché de change
Journée du 20-06-2018