Tableau de bord

le 18/08/2019
MASI
MADEX

MASI Pts

medias24

Conseiller de l’Etat dans l’offre publique de vente de l’opérateur téléphonique, le patron de la banque d’affaires du groupe Attijari, Idriss Berrada, exprime sa satisfaction des résultats obtenus après la période de souscription. Pour lui, si le nombre de souscripteurs parait faible par rapport aux opérations du début des années 2000, c'est que le contexte a changé. 

 
Conseiller de l’Etat dans l’offre publique de vente de l’opérateur téléphonique, le patron de la banque d’affaires du groupe Attijari, Idriss Berrada, exprime sa satisfaction des résultats obtenus après la période de souscription. Pour lui, si le nombre de souscripteurs parait faible par rapport aux opérations du début des années 2000, c'est que le contexte a changé.

Nous avons publié, mardi 16 juillet, un article où nous avancions que l’opération Maroc Telecom n’a pas été si populaire que ca.

Avec 25.000 souscripteurs au total, l’opération n’a pas atteint les niveaux de participation des IPO du début des années 2000, dont celle d’IAM justement qui avait mobilisé en 2004 plus de 129.000 souscripteurs particuliers.

Plusieurs sources du marché nous confirmaient ce constat de faible participation du grand public, avec des explications à l’appui.

Nous avions contacté dans le cadre de la préparation de cet article les deux conseillers de l’Etat dans cette opération : Attijari Finances Corp et Upline. Et ce dès le lundi 15 juilet.

Seule la banque d’affaires d’Attijari a répondu à nos interrogations pour l’instant, par la voix de son DG, Idriss Berrada. Nous avons reçu sa réponse mercredi dans la soirée, que nous publions ci-après dans son intégralité.

Notre question à son adresse était la suivante : pourquoi l’OPV Maroc Telecom n’a mobilisé que 25.000 souscripteurs alors que l’un de ses principaux objectifs, comme exprimé par le ministre des Finances, était d’en faire une opération populaire ? 

Voici sa réponse et les éléments qui justifient selon lui la faible participation par rapport aux IPO très populaires du début des années 2000 :


> Idriss Berrada : “L’OVP de Maroc Télécom réalisée par l’Etat marocain est un succès indéniable au vue des résultats obtenus lors de sa souscription : près de 26.000 souscripteurs et plus de 30 Milliards de DH de souscriptions.

"Pour comparer avec les dernières opérations de taille similaire, le nombre de souscripteurs enregistré est très honorable (légèrement plus que 18.000 pour Marsa Maroc et 30.000 pour Taqa Maroc).

"Cela est d’autant plus vrai que l’opération constitue une offre de vente au public et non une introduction en bourse. La différence entre les deux opérations est que la première concerne une vente d’actions d’une société déjà inscrite à la cote et parfois déjà dans le portefeuille de certains investisseurs.

"Par ailleurs, le contexte de la période 2004-2009 est très différent de celui que nous vivons actuellement. Un des éléments les plus importants qui rend la comparabilité encore plus délicate, concerne les modalités de souscriptions qui aujourd’hui sont plus proches de la réalité qu’à l’époque.

"En effet, les pratiques du levier financier et des souscriptions multiples ne sont plus possibles depuis 2008. Depuis, le nombre de souscripteurs maximal est de 30.000, enregistré pour l’opération d’IPO de Taqa Maroc.

"La seule opération réellement comparable est l’OVP de Lesieur réalisée en 2014, qui a réuni autour de 11.000 souscripteurs.

"En revanche, au regard des montants importants qui ont été mobilisés, nous retenons de cette opération, que le marché marocain sait de plus en plus apprécier les sociétés qui consacrent les efforts nécessaires en termes de gestion opérationnelle et de gouvernance”.

Page d'accueil Actus