Page d'accueil Actus

Pont de l’Aïd. L’activité économique et financière suspendue jusqu’au lundi

medias24

Le « pont » accordé au secteur public ce vendredi a affecté également l’activité du secteur privé. Si la Bourse et les banques étaient ouvertes, elles ne pouvaient dénouer aucune transaction en raison de l’arrêt des systèmes de règlement et de compensation assurés par Maroclear et Bank Al Maghrib. 

 
La Bourse est ouverte ce vendredi, mais aucune transaction ne peut se dénouer.
Le « pont » accordé au secteur public ce vendredi a affecté également l’activité du secteur privé. Si la Bourse et les banques étaient ouvertes, elles ne pouvaient dénouer aucune transaction en raison de l’arrêt des systèmes de règlement et de compensation assurés par Maroclear et Bank Al Maghrib.

L’activité économique et financière est suspendue depuis mercredi, jour de l’Aïd. 

En plus des deux jours fériés légaux accordés par les entreprises privées à leur personnel, les établissements publics ont décidé d’accorder un troisième jour aux fonctionnaires pour (bien) profiter de cette fin du mois de Ramadan.

Le hic, c’est que quand le secteur public est à l’arrêt, cela impacte également l’activité du secteur privé.

Ainsi, ce vendredi, même si la Bourse, gérée par un concessionnaire privé, était ouverte, le marché lui était fermé à la négociation. En cause : l’indisponibilité du système de règlement des opérations assuré par le dépositaire central Maroclear, qui dépend lui-même du système des règlements bruts du Maroc (SRBM) de Bank Al-Maghrib, fermé ce jour-là (lire les précisions de Maroclear en bas, reçues par Le Boursier le lendemain de la publication de cet article). 

En d’autres termes, investisseurs et boursicoteurs pouvaient transmettre les ordres d’achat et de vente à leurs brokers, mais les échanges ne se faisaient pas.

La Bourse de Casablanca l’a signalé la veille de l’Aid dans un communiqué alertant les opérateurs du marché sur ce blocage.

Ce « pont » accordé au secteur public a affecté également l’activité bancaire.

Si les sièges de banques ainsi que les agences commerciales étaient ouverts ce vendredi, aucune opération sur valeur n’était possible en raison de l’arrêt de l’activité de la Banque centrale.

Exécution de virements, compensation de chèques, d’effets commerciaux et autres valeurs commerciales… Toutes ces opérations ne pouvaient être dénouées. Les banques se sont contentées d’exécuter les simples opérations courantes du type retrait ou dépôt de cash.

Même la séance de cotation du Dirham, indispensable pour le bon déroulement des opérations de commerce extérieur, était suspendue.

Circulez, il n’y a rien à voir, le Maroc ne reprendra du service que le lundi, après cinq jours (2 jours fériés, le jour du pont et le week end) de congés…Une longue période de repos qui succède à un mois où l’activité tournait déjà au ralenti. 

Les précisions de Maroclear : 

Suite à la parution de notre article, Maroclear a diffusé, samedi 8 juin, un communiqué où il tient à préciser que :

- l'indisponibilité du système de Règlement/Livraison Titres est due à la la fermeture des services du SRBM (Bank Al-Maghrib), conséquence de la décision du gouvernement de rendre le 7 juin 2019 comme jour chômé au niveau des administrations et des établissements publics.

- le système de Règlement/Livraison, cœur de l’activité de Maroclear, dans sa partie espèces dépend de la disponibilité du SRBM. 

- abstraction faite du SRBM, les négociations de bourse n’impliquent pas un dénouement le jour même, compte tenu du cycle d’ajustement et de dénouement des opérations en question fixé à J+3, J étant la date de négociation.

Inwi annonce le lancement imminent de son service Mobile Money
Glen Invest reprend les parts de MNF dans la société Ma-Navette.com
Africa Capital Management primée aux Lipper Mena Markets Fund Awards