Page d'accueil Actus

Privatisation. La cession de la Mamounia et de la centrale de Tahaddart se fera cette année

medias24

Les préparatifs vont bon train pour la cession des parts de l’ONCF et de l’ONEE dans les deux établissements. Une troisième opération de cession des parts de l’Etat dans une grande entreprise de la place est également sur la table. L'une des trois opérations aboutira cet été, selon nos sources.

Les préparatifs vont bon train pour la cession des parts de l’ONCF et de l’ONEE dans les deux établissements. Une troisième opération de cession des parts de l’Etat dans une grande entreprise de la place est également sur la table. L'une des trois opérations aboutira cet été, selon nos sources.

Selon deux sources gouvernementales de haut de niveau, l’Etat s’apprête à boucler l’opération de vente de l’hôtel Mamounia et de la station thermique de Tahaddart. 

Les deux sociétés ont été mises sur la liste des privatisables fin 2018. Et leur cession va bel et bien intervenir cette année, assurent nos sources. 

Une troisième cession sera opérée également en 2019. Il s’agit, selon nos informations, d’une partie de la participation étatique dans une grande entreprise de la place. Son nom est tenu confidentiel. 

La première opération de cession sera concrétisée cet été, selon nos sources. Les deux autres suivront. 

A noter que l’hôtel Mamounia et la centrale électrique de Tahaddart n’appartiennent pas directement à l’Etat.

La Mamaounia est détenue à hauteur de 65% par l’ONCF. Le reste des parts est partagé entre la Ville de Marrakech (20%) et la CDG (15%). C’est la part de l’ONCF qui fera l’objet d’une cession. 

Les parts de l’ONCF seront cédés à un opérateur national comme l'avait assuré le ministre des Finances lors des discussions, tenues fin 2018, autour des privatisables au sein de la commission des finances du Parlement. Le contrôle du Palace restera donc marocain. 

La centrale électrique de Tahaddart, elle, n’est pas vraiment une entreprise publique. Elle est contrôlée à hauteur de 52% par des opérateurs privés qui en assurent également la gestion (l’espagnol Endesa Generacion et l’allemand Siemens Project Ventures). L’ONEE n’y détient que 42%. C’est cette part du capital qui sera cédée au privé. 

Le gouvernement espère 10 milliards de dirhams de recettes de privatisation en 2019, dont 5 milliards doivent aller au budget général de l'Etat et le reste versé au Fonds Hassan II.

Pour rappel, les membres de l'organisme d'évaluation viennent d’être nommés par dahir parallèlement à ceux de la commission des transferts. Ces deux organes sont chargés du pilotage des opérations de privatisation.

>>> Lire aussi. Privatisations: Tout savoir sur les instances de transfert et d'évaluation 

 

 

Inwi annonce le lancement imminent de son service Mobile Money
Glen Invest reprend les parts de MNF dans la société Ma-Navette.com
Africa Capital Management primée aux Lipper Mena Markets Fund Awards