Page d'accueil Actus

Emploi : le taux de chômage recule à 10% au premier trimestre 2019

medias24

Entre le premier trimestre de 2018 et la même période de 2019, l’économie marocaine a créé 15.000 postes d’emplois nets, contre une création de 116.000 postes une année auparavant. Ce solde est le résultat d’une création de 109.000 postes en milieu urbain et une perte de 94.000 en milieu rural. Le taux de chômage est ainsi passé de 10,5% à 10%.

Entre le premier trimestre de 2018 et la même période de 2019, l’économie marocaine a créé 15.000 postes d’emplois nets, contre une création de 116.000 postes une année auparavant. Ce solde est le résultat d’une création de 109.000 postes en milieu urbain et une perte de 94.000 en milieu rural. Le taux de chômage est ainsi passé de 10,5% à 10%.

Le secteur des "services" a créé 144.000 postes, les BTP 19.000 et l’"industrie y compris l'artisanat" 4.000 postes, alors que le secteur de l’"agriculture, forêt et pêche" a enregistré une perte de 152.000 postes d’emploi, selon les derniers chiffres du HCP.

Dans ce contexte, avec une baisse de 69.000 personnes en milieu urbain et une hausse de 8.000 en milieu rural, le nombre total de chômeurs a reculé de 61.000 personnes au niveau national, s’établissant à 1.211.000 chômeurs. Le taux de chômage est ainsi passé de 10,5% à 10% au niveau national, de 15,6% à 14,5% en milieu urbain et de 3,5% à 3,8% en milieu rural.

Les femmes, les jeunes et les diplômés sont les plus touchés par le chômage 

Les baisses les plus importantes du taux de chômage ont été relevées parmi les jeunes âgés de 15 à 24 ans, passant de 25,7% à 24,1%, et parmi les personnes disposant d’un diplôme, avec 17,1% après 18,3% une année auparavant.

Les taux de chômage les plus élevés sont relevés, en particulier, parmi les femmes (14,7% contre 8,5% parmi les hommes), les jeunes âgés de 15 à 24 ans (24,1% contre 7,8% parmi les personnes âgées de 25 ans et plus) et les détenteurs d’un diplôme (17,1% contre 3,7% parmi les personnes n’ayant aucun diplôme).

De son côté, la population sous-employée a baissé de 42.000 personnes, s’établissant à 1.048.000 personnes au niveau national. Le taux de sous-emploi a ainsi reculé de 0,4 point, par rapport au premier trimestre de 2018, passant de 10,0% à 9,6% au niveau national. Il a baissé de 9,4% à 9% en milieu urbain et de 10,7% à 10,4% en milieu rural.

La population active occupée sous employée est à environ 88% masculine, 48,5% rurale, 41% jeune ne dépassant pas l’âge de 30 ans et 46,8% diplômée (dont 14,4% détient un diplôme de niveau supérieur).

Baisse des taux d’activité et d’emploi

Avec 12.108.000 personnes, la population active âgée de 15 ans et plus a baissé, entre les premiers trimestres de 2018 et 2019, de 0,4% au niveau national (+0,6% en milieu urbain et -1,7% en milieu rural). La population en âge d’activité s’est accrue, quant à elle, de 1,7%. 

Ainsi, le taux d’activité est passé, entre les deux périodes, de 47,1% à 46,2%, enregistrant une diminution de 0,9 point. Ce taux a baissé de 42,4% à 41,7% en milieu urbain et de 55,4% à 54,4% en milieu rural.

En matière d’emploi, 164.000 postes d’emploi rémunérés ont été créés au cours de la période, 120.000 en milieu urbain et 44.000 en milieu rural. L’emploi non rémunéré, composé d’environ 98% d’aides familiales, a en revanche enregistré une baisse de 149.000 postes : 138.000 en zones rurales et 11.000 en zones urbaines.

Les régions qui enregistrent les taux les plus élevés de chômage 

Par ailleurs, il convient de noter qu’environ les trois quarts des chômeurs (71,5%) sont concentrés dans cinq régions; Casablanca-Settat vient en première position avec 22,8% de chômeurs, suivie de Rabat-Salé-Kénitra (16,8%), Fès-Meknès (11,7%), l’Oriental (11%) et Marrakech-Safi (9,2%).

Les taux de chômage les plus élevés sont observés dans les régions de Guelmim-Oued Noun (20,8%) et de l’Oriental (16,3%). Avec moins d’acuité, quatre autres régions dépassent la moyenne nationale (10%) à savoir Laayoune-Sakia El Hamra (14,8%), Rabat-Salé-Kénitra (12,2%), Souss-Massa (12%) et Casablanca-Settat (10,1%). En revanche, les régions de Drâa-Tafilalet et de Béni Mellal- Khénifra enregistrent les taux les plus bas avec respectivement 5,6% et 5,9%.