Page d'accueil Actus

Capital-investissement: les levées de fonds atteignent un record en 2018

medias24

Les fonds de capital investissement ont levé près de 1,7 milliard de dirhams en 2018, un niveau jamais atteint auapravant. Les caisses de retraite dominent les volumes d'injection avec une part de 80%. Investissement par type d'entreprise, taux de rendement, volume des sorties, voici le bilan détaillé de la profession en 2018.

 

Adil Rzal, Président de l'AMIC
Les fonds de capital investissement ont levé près de 1,7 milliard de dirhams en 2018, un niveau jamais atteint auapravant. Les caisses de retraite dominent les volumes d'injection avec une part de 80%. Investissement par type d'entreprise, taux de rendement, volume des sorties, voici le bilan détaillé de la profession en 2018.

Les capital-investisseurs actifs au Maroc ont levé 1,7 milliard de dirhams de fonds en 2018, un record jamais atteint auparavant.

C'est ce qui ressort du rapport d'activité sur le capital investissement au Maroc pour l'année 2018, élaboré conjointement par l'AMIC (Association marocaine des investisseurs en capital) et le cabinet Fidaroc Grant Thornton. Ce rapport a été présenté ce 16 avril à Casablanca.

A noter que ce montant tient compte uniquement des opérations et des acteurs intégrant le périmètre de l'AMIC.

Dans le détail, près de 1,2 milliard de dirhams ont été levés par des fonds transrégionaux, contre 508 millions de dirhams pour les fonds marocains.

59% de l'encours des capitaux levés est associé à des investisseurs étrangers.

Par type de bailleurs de fonds, ce sont les caisses de retraite qui se trouvent en tête, avec 80% en valeur des investissements sur la période 2017-2018.

A fin 2018 toujours, la région Casablanca-Settat continue d'accaparer 69% des entreprises investies, en termes de valeur.

Le secteur des services et transport reste prédominant avec 26% de ces entreprises, suivi du segment Autres industries (Aéronautique, Education, Emballage, Industrie chimique et autres) avec 17%, et 15% pour le secteur de la construction et du BTP.

Par ailleurs, 75% des fonds ont été investis dans des entreprises en phase de développement, contre 17% en phase de transmission, et 6% en phase de risque.

Le montant des désinvestissements a été de 312 millions de dirhams, après un record de 968 millions de dirhams enregistré l’année dernière.  

39% de l'encours global des sorties (4 milliards de dirhams) a été fait auprès d'industriels, 27% à travers des IPO, et 23% à travers le marché secondaire c'est-à-dire des cessions à d’autres fonds.

En cumulé, le TRI (Taux de rentabilité interne) brut de l’industrie du capital investissement au Maroc a été de 15,8% à fin 2018.

Plus en détails, le TRI est de 1% pour des investissements en phase d’Amorçage/Risque, de 18% pour des entreprises en stade développement, et de 13% pour des entreprises en phase de transmission; avec une durée moyenne des investissements de six ans.

Cela étant, l'industrie du capital investissement au Maroc fait encore face à de nombreux défis, en dépit de ses taux de rentabilité très intéressants. Adil Rzal, Président de l'AMIC, avance que l'industrie doit bénéficier d'incitations fiscales supplémentaires, et ce afin d'attirer davantage d'investisseurs locaux: "Notre industrie est drivée surtout par des acteurs étrangers", regrette-il.

A fin 2018, l'association compte dans son périmètre 27 sociétés de gestion, 50 fonds, et 200 entreprises investies. L’année 2018 a connu l’intégration de 3 nouveaux fonds naviguant dans l'univers Innov Invest : Maroc Numeric Fund II (géré par MITC Capital) , SEAF Morocco Growth Fund (SEAF), et Green Innov Invest (Global Nexus).

L'année 2018 a été marquée également par l’intégration de deux nouvelles sociétés de gestion, à savoir Amethis North Africa et SEAF Morocco.

Pour regarder le live de la conférence de l'AMIC :

Marché de change
Journée du 22-07-2019