Page d'accueil Actus

Rating : Moody’s maintient la note du Maroc à "Ba1 stable"

medias24

Selon l’agence américaine, la notation reflète la résilience du pays face aux chocs internes et externes ainsi que son ouverture sur le marché européen et africain. A court terme, la probabilité de dégradation de la note reste limitée. Cette notation tombe à point nommé pour le Maroc qui s'apprête à lever 1 milliard de dollars sur les marchés internationaux de la dette.

Selon l’agence américaine, la notation reflète la résilience du pays face aux chocs internes et externes ainsi que son ouverture sur le marché européen et africain. A court terme, la probabilité de dégradation de la note reste limitée. Cette notation tombe à point nommé pour le Maroc qui s'apprête à lever 1 milliard de dollars sur les marchés internationaux de la dette.

Moody’s vient de publier, mercredi 10 avril, son rapport sur le profil de crédit au Maroc, pour maintenir sa note à Ba1 stable.

L’agence de notation américaine explique que le profil de crédit du Maroc (Ba1 stable) reflète sa résilience démontrée aux chocs internes et externes, soutenu par l'accès du gouvernement à des marchés de capitaux nationaux relativement profonds, ce qui le protège de la volatilité des marchés internationaux des capitaux.

Il reflète également la réorientation structurelle du Maroc vers des industries d'exportation à plus forte valeur ajoutée et en tant que plaque tournante du commerce entre l'Europe et l'Afrique, selon Moody’s.

"Le positionnement du Maroc dans les chaînes de valeur mondiales, en particulier dans les secteurs de l'automobile et de l'aéronautique, est reflété par l'expansion de ses banques en Afrique subsaharienne et est soutenu par une infrastructure de transport améliorée", a déclaré Elisa Parisi-Capone, vice-présidente - analyste principale de Moody's et co-auteur du rapport.

Toutefois, les principales contraintes en matière de notation comprennent un PIB par habitant relativement bas, une croissance non agricole modérée et un stock de dette relativement élevé, bien qu’abordable, souligne le rapport.

«La pression à la hausse sur la note pourrait provenir d’autres mesures politiques garantissant que le ratio de la dette publique - y compris les garanties de la dette extérieure des entreprises d’État - est fermement positionné sur une trajectoire à la baisse, soutenu par des réformes continues de l’environnement fiscal et des entreprises», explique l’agence.

Celle-ci estime que la résilience du profil de crédit aux chocs budgétaires et externes de ces dernières années ne laisse entrevoir qu'une probabilité limitée de dégradation de la note à court terme, bien que la poursuite de la détérioration des finances publiques ou la matérialisation d'importants passifs éventuels des entreprises d'État ou du secteur bancaire ne permettent pas d'obtenir un crédit positif.

Rappelons qu’en novembre dernier, Moody’s a abaissé la perspective de la note souveraine du Maroc de "positive" à "stable". Ceci a été expliqué principalement par un rythme d'assainissement budgétaire plus lent que prévu pouvant entrainer un niveau d’endettement plus important.

Cette nouvelle notation tombe à point nommé pour le Maroc qui s'apprête à sortir sur les marchés internationaux de la dette après plusieurs années d'absence. 

>>>Lire aussi. Levée internationale du Trésor : le montant de la sortie pourrait dépasser le milliard d'euros

 

Inwi annonce le lancement imminent de son service Mobile Money
Glen Invest reprend les parts de MNF dans la société Ma-Navette.com
Africa Capital Management primée aux Lipper Mena Markets Fund Awards