Page d'accueil Actus

Système financier mondial : le FMI alerte sur la montée des vulnérabilités

medias24

Le rapport sur la stabilité financière mondiale élaboré par le Fonds monétaire international avance que les vulnérabilités financières ne cessent d’augmenter. Voici les principaux facteurs de risque listés par l’institution. 

Tobias Adrian, responsable du département chargé des marchés monétaires et des capitaux du FMI.
Le rapport sur la stabilité financière mondiale élaboré par le Fonds monétaire international avance que les vulnérabilités financières ne cessent d’augmenter. Voici les principaux facteurs de risque listés par l’institution.

Le Fonds monétaire international a présenté, le mercredi 10 avril à Washington, son rapport sur la stabilité financière dans le monde, dans le cadre de ses réunions du printemps 2019.

Le ralentissement de l’économie en 2018 a pesé sur la stabilité financière mondiale.

Lors de la présentation du rapport de son institution sur la stabilité financière mondiale, Tobias Adrian, responsable du département chargé des marchés monétaires et des capitaux du FMI, s’est montré peu rassurant. 

‘’Après des années d’expansion économique, la croissance économique ralentie. On craint une baisse plus approfondie’’ a-t-il souligné dans son discours à l’ouverture de la conférence de presse organisée au siège du FMI.

Et d'ajouter : ‘’le cycle mondial a muri. En face, les instabilités continuent d’augmenter et pourraient amplifier le ralentissement’’.

Le scénario d’une récession n’est pas écarté selon lui. ‘’La croissance mondiale pourrait être négative dans 3 ans. Les décideurs doivent donc prendre des mesures pour limiter les dégâts et éviter des ralentissements brutaux sur le long terme’’, alerte-t-il.

« Durant ces six derniers mois, les conditions financières se sont resserrées mais restent relativement accommodantes, notamment aux États-Unis », nuance-t-il.

En effet, après avoir accusé des replis prononcés au quatrième trimestre de 2018, les marchés financiers ont opéré un net rebond début 2019 dans un contexte marqué par un optimisme grandissant à l’égard des négociations commerciales entre les États-Unis et la Chine, ainsi que l’adoption par les grandes banques centrales d’une approche plus patiente et plus souple quant à une normalisation de la politique monétaire, souligne le rapport.

Le rapport sur la stabilité financière mondiale du FMI fait une évaluation globale des vulnérabilités financières mondiales.

Ci-après les 5 principaux facteurs de vulnérabilité de l’ensemble des secteurs financiers et non financiers.

- L’endettement des entreprises dans les pays avancés :

Le rapport mentionne que le service de la dette a connu une amélioration dans la plupart des pays avancés.

‘’Cependant, l’endettement global et les risques financiers se sont accrus et la solvabilité de certains emprunteurs s’est dégradée’’.

Le rapport souligne également qu’un ralentissement économique prononcé ou un resserrement brutal des conditions financières pourrait se traduire par une révision marquée du risque de crédit et peser ainsi sur la capacité des sociétés endettées à assurer le service de leur dette.

‘’Si les conditions monétaires et financières restent accommodantes, l’endettement continuera probablement à augmenter en l’absence d’une intervention des pouvoirs publics, ce qui fait planer la menace d’un ralentissement plus marqué à l’avenir’’, peut-on lire sur le rapport.

-Les liens entre le secteur souverain et le secteur financier dans la zone euro :

Le rapport cite le cas de l’Italie : ‘’Les difficultés budgétaires en Italie ont ravivé les craintes concernant les liens entre le secteur souverain et le secteur financier’’.

Aussi, les fonds propres peuvent être pénalisés à cause des pertes potentielles sur des prêts improductifs et la dépréciation des obligations d’État.

Les compagnies d’assurance pourraient également être affectées, compte tenu de leurs avoirs considérables en obligations souveraines, de banques et d’entreprises.

Dans ce contexte, les tensions dans le secteur financier risquent de se répercuter sur les entreprises et les ménages.

-Les déséquilibres financiers en Chine :

‘’La vulnérabilité financière reste grande en Chine et les autorités doivent trouver un équilibre délicat entre trois impératifs : stimuler la croissance à court terme, faire face aux chocs exogènes négatifs et réduire l’endettement en durcissant la réglementation’’, souligne le rapport.

Les banques de taille petite et moyenne demeurent fragiles, ce qui pèse sur les conditions de financement pour les entreprises de taille plus modeste.

En face, une poursuite du relâchement monétaire pourrait accentuer la vulnérabilité.

‘’En même temps, la Chine continuera à gagner en importance pour les autres pays émergents parallèlement à son intégration dans des indices de référence’’.

-La volatilité des flux d’investissements de portefeuille vers les pays émergents :

Les investisseurs qui suivent un indice de référence influent de plus en plus sur les flux d’investissements de portefeuille vers les pays émergents.

70 % des allocations géographiques des fonds d’investissement sont dictées par des indices de référence.

‘’Comme les investisseurs qui suivent un indice de référence sont plus sensibles à l’évolution de la situation financière internationale que les autres investisseurs, les avantages de l’appartenance à un indice peuvent être atténués par les risques qui pèsent sur la stabilité financière pour certains pays. Dans la mesure où ces investisseurs représentent une part plus importante des flux d’investissements de portefeuille, des chocs exogènes peuvent se propager aux pays émergents et pré-émergents de taille moyenne plus rapidement que dans le passé’’, peut-on lire sur le rapport.

-Les prix de l’immobilier à risque :

La hausse des prix de l’immobilier a été également soulignée. Cette récente hausse rapide des prix de l’immobilier dans de nombreux pays a fait naître des craintes quant à la possibilité d’une correction des prix.

‘’Un essoufflement de la dynamique des prix de l’immobilier, une surévaluation, une expansion du crédit excessive et un resserrement des conditions financières permettent de prévoir les risques à la baisse des prix de l’immobilier jusqu’à trois ans à l’avance’’, d’après le FMI, qui indique que ‘’les statistiques les plus récentes mettent en évidence des risques accrus de recul des prix de l’immobilier au cours des trois prochaines années dans certains pays’’.

>>>Lire aussi. Economie mondiale : le FMI revoit à la baisse ses prévisions de croissance pour 2019

 

 

Inwi annonce le lancement imminent de son service Mobile Money
Glen Invest reprend les parts de MNF dans la société Ma-Navette.com
Africa Capital Management primée aux Lipper Mena Markets Fund Awards