Tableau de bord

le 23/08/2019
MASI
MADEX

MASI Pts

medias24

Neuf mois après son introduction en Bourse, la foncière annonce au marché une progression de 33% des loyers perçus, un résultat net consolidé en zone verte, pour une première, et un rendement par action de 6%. Les promesses de l’IPO sont tenues.

Soumaya Tazi, PDG d'Immorente, avec Khalil Mengad, directeur de la société.
Neuf mois après son introduction en Bourse, la foncière annonce au marché une progression de 33% des loyers perçus, un résultat net consolidé en zone verte, pour une première, et un rendement par action de 6%. Les promesses de l’IPO sont tenues.

Chez Immorente Invest, on dit que la raison d’être de l’entreprise est de servir un rendement supérieur à 6%. 

Pour son premier exercice à la cote, la promesse est tenue. La foncière distribuera un dividende de 6 dirhams par action, soit un rendement de 6%, l’action cotant aux alentours de 100 DH.

Ce niveau de rendement est supérieur à celui de la place, dont la moyenne des rendements servis tourne autour de 4,3%. « Ce niveau de rendement est servi pour la quatrième année consécutive » , se réjouit la PDG d’Immorente, Soumaya Tazi. 

En mai 2018, elle est venue au contact du marché pour lever 400 millions de dirhams, avec une promesse de rendement et de croissance à tous les niveaux.

Au vu des chiffres de 2018, le management tient ses objectifs et les dépassent même.

A quoi ont servi les 400 millions levés ?

Les 400 millions de dirhams ont servi à l’acquisition de nouveaux biens immobiliers et à désendetter la société. 

179 millions de dirhams ont été investis dans de nouveaux projets : 2 444 m2 de locaux à la Marina de Casablanca loués au chinois Huawei, et finalisation de la construction d’une usine située dans la zone franche de Kénitra. Une unité industrielle louée à Faurecia, industriel automobile affilié à PSA. 

Le portefeuille immobilier de la société grossit ainsi à 452 millions de dirhams, contre 273 millions à fin 2017.

Il est désormais composé à 37% par des commerces, 32% par de l’immobilier industriel, 23% par des bureaux et 8% par des actifs financiers. Un portefeuille qui enregistre un taux d’occupation de 94% selon les chiffres annoncés par le management de la firme. 

De la pierre en somme qu’Immorente transforme en papier liquide, échangeable en Bourse. 

En vidéo. La "pierre-papier" expliquée par Soumaya Tazi, PDG d'Immorente Invest

Un « carnet de commande » bien fourni

Résultat des courses : les loyers perçus ont atteint 19,7 millions de dirhams, contre 14,7 millions en 2017. Une conséquence directe de l’accroissement du portefeuille d’actifs et de l’effet année pleine de certains baux qui avaient débuté à la mi-2017.

A noter que 71% des baux actuels d’Immorente n’arrive à échéance qu’après 2021. « C’est l’équivalent d’un carnet de commande plein à 71% sur plus de trois ans », signale Soumaya Tazi.

L’argent levé en Bourse a servi également au remboursement des dettes de la société. « Ca nous a permis d’abaisser le taux d’endettement à moins de 40% comme l’exige la réglementation sur les OPCI. Notre taux d’endettement est aujourd’hui de 31% contre 69% avant l’IPO. Et il restera au dessous du seuil des 40% », signale la PDG.

Le management d’Immorente se dit à ce juste titre prêt à opérer la transformation de la société en OPCI dès que les derniers textes réglementaires sont finalisés. « Nous pensons que les textes seront finalisés en 2019 », signale Khalil Mengad, directeur à Immorente Invest.

Côté rentabilité, la firme annonce un résultat de l’exercice de 14,2 millions de dirhams. Soit plus du double du résultat engrangé un an auparavant (5,5 millions).

Cet indicateur (résultat de l’exercice) est le vrai baromètre de la rentabilité réelle d’une foncière comme Immorente. « Il est retraité des amortissements et des impôts différés. Il renseigne donc sur la performance réelle de l’entreprise et le cash dégagé sur une année », explique Khalil Mengad.

Le résultat net (comptable), qui intègre lui tous les éléments « non cash », ressort pour la première fois de l’histoire d’Immorente en territoire positif. Il s’établit à fin 2018 à 3,7 millions de dirhams contre une perte sèche de 2,1 millions accusée en 2017.

Le prix « réel » de l’action est de 103,8 dirhams

L’entreprise gagne également en valeur. Son actif net réévalué croît à 511,6 millions de dirhams. Soit un additionnel de 23,9 millions de dirhams par rapport à la valeur d’acquisition des actifs.

Par action, cela donne une valeur de 103,8 dirhams. Soit 3,8 de plus que le prix de l’IPO et 2,9 dirhams de plus par rapport au cours actuel du titre (100,9 dirhams).

Cet indicateur (l’ANR de reconstitution) renseigne le mieux sur la valeur des capitaux propres d’une société d’immobilier locatif. Il est calculé pour le cas d’Immorente sur la base des expertises immobilières RICS réalisées par le cabinet CapEval, filiale du cabinet espagnol Tinsa Immoboliares.

« En principe, la valeur de l’action doit tendre au cours de l’année vers ce prix cible », indique Soumaya Tazi.

150 à 200 millions de dirhams d’investissement pour 2019

Pour 2019, l’entreprise compte poursuivre ce trend croissant.

D’abord sur le portefeuille d’actifs qui devra être renforcé par de nouvelles acquisitions : une enveloppe de 150 à 200 millions de dirhams sera alloué aux nouveaux investissements.

Du cash disponible dans la trésorerie de l’entreprise, indique le management, dont une bonne partie provient du reliquat de la levée opérée en Bourse.

Les loyers encaissés devront eux progresser à 25 voire 30 millions de dirhams, avec toujours la même promesse de rendement supérieur à 6%...

Cette croissance des revenus sera portée par l’accroissement du périmètre et l’effet année pleine des baux de Huawei à la Marina de Casablanca et de l’usine louée à Faurecia.

Pour regarder le live de la présentation des résultats d’Immorente Invest :

Page d'accueil Actus