Tableau de bord

le 24/08/2019
MASI
MADEX

MASI Pts

medias24

60% des clients de la banque passent aujourd’hui par le mobile pour les opérations courantes et 75% des virements se font en ligne. En 2019, il sera possible d’encaisser ses chèques sans se déplacer en agence, vérifier la disponibilité des fonds de ses clients, changer d’agence en un clic, faire des virements interbancaire en instantané, effectuer des paiements mobile à l'étranger… Voici toutes les nouveautés annoncées par le PDG de la banque.

Ahmed Rahhou, PDG de CIH Bank
60% des clients de la banque passent aujourd’hui par le mobile pour les opérations courantes et 75% des virements se font en ligne. En 2019, il sera possible d’encaisser ses chèques sans se déplacer en agence, vérifier la disponibilité des fonds de ses clients, changer d’agence en un clic, faire des virements interbancaire en instantané, effectuer des paiements mobile à l'étranger… Voici toutes les nouveautés annoncées par le PDG de la banque.

L’appli mobile du CIH cartonne. En 2018, cette banque digitale sur smartphone a enregistré 4 millions de connexions par mois. Et 60% des clients passent désormais par l’appli pour leurs opérations courantes.

Mieux : le nombre de virement en ligne a dépassé pour une première les virements faits en agence. « 75% des virements se font en ligne », annonce Ahmed Rahhou, patron de la banque, appelé à de nouvelles fonctions diplomatiques en tant qu’ambassadeur du Maroc à l’UE.

Une nomination décidée par le Conseil des ministres du 7 février, et qui devra se concrétiser dans les semaines qui viennent par une réception royale. 

En présentant les nouveautés du CIH et son bilan financier pour l’année 2018, Ahmed Rahhou parlait pourtant comme s’il allait rester encore plusieurs années à la tête de la banque. « C’est la marque de fabrique des grands dirigeants. Ils restent engagés jusqu’au bout… », nous lance un financier rencontré sur le lieux de la conférence. 

Banquier jusqu’au bout…

Une conférence financière qui a connu une grande affluence. Il y avait les habitués des conf’ des résultats, mais aussi beaucoup de curieux venus assister aux « adieux » du banquier-ambassadeur. Mais Rahhou n’a dit aucun mot sur son départ et a esquivé (de manière très diplomatique) les questions autour du sujet. « Il ne peut rien dire avant la réception royale. C’est une tradition qu’il est tenu de respecter », nous dit-on. 

Ahmed Rahhou joue donc le jeu jusqu’au bout. Mais dans la salle, on est à l’affut de tous les indices sur l’identité de son futur successeur. Même les signes plus invraisemblables sont sujet à interprétation. 

Pour la présentation, deux pupitres ont été installés : un pour le président Rahhou, et l’autre pour son bras droit, le directeur général délégué Lotfi Sekkat. Un signal interprété par certains comme une passation avant l’heure. 

« Pas du tout », nous dit une source du management de la banque : « Sekkat a été toujours aux côtés du président pour les conférences des résultats financiers. Ce n’est pas une première ». Dont acte. 

En attendant, Ahmed Rahhou peut être fier de son bilan à la banque qu’il dirige depuis octobre 2009. Mais surtout de la révolution menée dans une banque longtemps hantée par les démons du passé. Une image de boite noire, de banque à scandales, qui fait désormais partie du passé. 

La banque dans la poche, une réalité

CIH Bank, c’est aujourd’hui une banque ultra moderne, à la pointe des avancées technologiques, le pionnier des services numériques, de la banque en ligne, de la transformation digitale. 

Avec l’appli mobile, on peut aujourd’hui suivre son compte en temps réel, être prévenu par sms de chaque mouvement sur le compte, retirer de l’argent sans carte sur n’importe quel guichet, payer ses factures, ses impôts et communiquer avec son responsable de compte par messagerie sécurisée. 

Il est aussi possible d’ouvrir son compte sur le site ou l’appli, sans se déplacer en agence. « Une nouveauté que 35 000 nouveaux clients ont choisi en 2018 », signale Rahhou. 

On peut aussi y modifier son plafond de retrait par carte, gérer sa dotation touristique et e-commerce avec des transactions qui s’affichent en temps réel et un solde en devises qui s’actualise instantanément. 

Permettant de payer au Maroc, à l’étranger ou sur internet sans changer de carte, les cartes multiservices de la banque cartonnent également : « CIH est devenu leader en terme de transactions par carte à l’étranger avec plus de 600 000 cartes actives et 1,8 millions de transactions à l’international », indique le management de la banque. 

Toutes ses nouveautés ont permis à la banque de recruter 315 000 nouveaux clients en 2018 avec le placement de 510 000 produits.

Les nouveautés digitales de 2019

La banque ne compte pas s’arrêter là et annonce déjà plusieurs autres nouveautés pour 2019. Certaines vont révolutionner le rapport du client à la banque. 

Comme le service « ecert » pour les commerçants. Un service de sécurisation des paiements de chèques qui sera lancé cette année. Le concept est simple : le commerçant reçoit un chèque de son client, le scanne via mobile et peut vérifier instantanément la disponibilité des fonds sur le compte de l’émetteur du chèque. 

Un service « Digichèque » sera également lancé au cours de l’année. Il permet la remise de chèques sur mobile. Le process est là aussi très simple : « vous voulez encaisser un chèque, vous le scannez en utilisant la caméra de votre smartphone. L’image est transférée à une unité de traitement digitale qui effectue de manière automatisée le traitement qui se fait habituellement en agence », explique Souhail Benhamou, jeune stratupper qui a développé la solution pour le CIH. 

« Ca a démarré d’un problème personnel. A chaque fois qu’il fallait déposer un chèque, il fallait se déplacer en agence, faire la file, attendre… », raconte l’entrepreneur.

L’encaissement sera immédiat pour les chèques CIH. Et dès réception des fonds pour les chèques des banques confrères.

« La réglementation nous oblige encore de récupérer le chèque. Et là la solution est simple : vous mettez le chèque dans une enveloppe et le déposer dans la boite aux lettres de l’agence. Jusqu’à ce que la réglementation permette de garder le chèque chez vous… », précise Ahmed Rahhou.

Autre annonces pour 2019 : 

- le paiement mobile à l’étranger, via le wallet wepay. Le service sera disponible avant la fin de ce semestre promet Rahhou.

- le transfert d’argent pour les étudiants à l’étranger qui se fera à partir de cette année via mobile avec réception des fonds dans la journée, 

- le changement d’agence en ligne : "gratuit, immédiat et rien ne change", promet le management de la banque. Le client garde le même numéro de compte, la même domiciliation de salaire et les mêmes prélèvements,

- Virement interbancaire instantané : c’est déjà possible entre comptes CIH. Le service s’élargit désormais aux comptes CFG Bank. « Une avant première qui pourrait vite se généraliser dans le secteur », signale Rahhou. « Ce partenariat avec CFG Bank montre bien qu’on peut collaborer entre banques. Bank Al Maghrib a fait justement de l’instantanéité des virements un projet de place. On espère que la pratique se généralisera avec toutes les banques avant la fin de l’année ». 

Une série de nouveaux services innovants qui permettront à la banque de garder une longueur d’avance sur ses concurrents.

Tout cela est bien génial. Mais ce qui l’est encore plus, c’est que beaucoup de ces services sont développés par des jeunes entrepreneurs marocains, cooptés par la banque dans le cadre de l’initiative « Open innovation ».

Ahmed Rahhou a tenu à les présenter et à leur rendre hommage durant cette conférence des résultats. 

Les jeunes pousses du Président

Ils s’appellent Yassine Arif, Jamal Benhamou, Zouhair Lakhlissi, Mehdi Benmansour, Kahoula Tanfioui, Souhail Benhamou… Certains développent des jeux autour de l’environnement bancaire, un chatbot pour connecter les jeunes avec leur banquier, un système de reconnaissance vocale pour interagir avec l’appli mobile en darija ou en amzigh, quand d’autres travaillent sur la digitalisation des traitements de chèques et des valeurs bancaires.

« Ils nous ont donné le feu vert pour être le plus créatif possible. Ce qui est étonnant, c’est que quand on travaille avec une banque, on s’attend à ce que la relation soit le plus carré possible. Mais on a été étonné de voir que ca a été tout l’inverse. Ils nous donné l’opportunité de laisser libre court à notre imagination. Il y a des choses qu’on a imaginé en se disant que ca n’allait jamais passer, mais tout passe finalement…», raconte Mehdi Benmansour de la strat-up Bankids, sollicitée par le CIH pour revoir le rapport des plus jeunes avec la banque. 

« Au lieu de juste consommer des produits venant de l’étranger, on les produit. Ces jeunes, on ne les met jamais dans un carcan. Même si un produit intéresse CIH bank, on leur permet de le placer ailleurs », indique leur mentor, Ahmed Rahhou.

L’initiative « Open Innovation » vise à créer un écosystème de jeunes pousses qui produisent des services et des solutions numériques pour les grands corporate.

Plusieurs modes opératoires sont possibles, selon Rahhou : « on peut accompagner l’idée jusqu’à ce qu’elle se concrétise, la financer dans certains cas pour en faire une strat-up, acheter simplement la solution ou intégrer le concept directement dans nos services. C’est ce qu’on a fait justement avec la solution « Digichèque » qui va être la révolution de 2019 ».

« Notre rêve, c’est que ces jeunes deviennent exportateurs. Qu’on puisse demain trouver leurs solutions et produits un peu partout dans le monde. Rien ne l’interdit. Dans ce domaine, il y a une véritable égalité des chances », espère le patron de CIH Bank.

Un véritable cas d’école dans la relation strat-up/grande entreprise…

Pour consulter les résultats 2018 de la banque : 

>>> CIH Bank : les bénéfices progressent de 4,4% en 2018


Pour revoir le live de la conférence :

>>> CIH Bank : suivez en live les adieux de Ahmed Rahhou à sa banque
 

Page d'accueil Actus