Page d'accueil Actus

Le taux de chômage recule à 9,8% en 2018 : une amélioration à nuancer

medias24

Cette baisse du chômage s'explique par la création de 112.000 postes d’emploi, selon le HCP. Les services, l'agriculture et le BTP ont été les principaux moteurs de cette amélioration. Mais ces chiffres sont à nuancer, puisque les taux d'activité et d'emploi sont toujours en net recul. 

 

Cette baisse du chômage s'explique par la création de 112.000 postes d’emploi, selon le HCP. Les services, l'agriculture et le BTP ont été les principaux moteurs de cette amélioration. Mais ces chiffres sont à nuancer, puisque les taux d'activité et d'emploi sont toujours en net recul.

Entre 2017 et 2018, le taux de chômage est passé de 10,2% à 9,8% au niveau national grâce à une création de 112.000 postes d’emploi contre 86.000 un an auparavant, selon les derniers chiffres du Haut-Commissariat au plan (HCP).

Par secteur, les "services" ont créé 65.000 emplois, l’agriculture, forêt et pêche 19.000, les BTP 15.000 et le secteur de l’"industrie y compris l'artisanat" 13.000.

Dans ce contexte, avec une baisse de 25.000 personnes en milieu urbain et 23.000 en milieu rural, le nombre total des chômeurs a reculé de 48.000 personnes au niveau national, s’établissant à 1.168.000 chômeurs.

En milieu urbain, 91.000 postes ont été créé faisant baisser le taux de chômage de 14,7% à 14,2%.

Celui-ci est passé de de 4% à 3,5% en milieu rural suite à la création de 21.000 emplois.

Les baisses les plus importantes du taux de chômage ont été relevées parmi les personnes ayant un diplôme (-0,8 point), les femmes (-0,7 point) et les jeunes âgés de 15 à 24 ans (-0,5 point).

En revanche, les hausses les plus importantes du taux de chômage ont été enregistrées parmi les diplômés des facultés (+0,6 point) et les jeunes citadins âgés de 15 à 24 ans (+0,4 point).

Notons que les taux de chômage les plus élevés sont relevés parmi les femmes avec 14%, les diplômés avec 17,1% et les jeunes âgés de 15 à 24 ans avec 26%

Evolution du taux de chômage entre 2017 et 2018 parmi certaines catégories de la population active (en %)

Source: HCP

La baisse du taux d’activité et d’emploi persiste…

Toutefois, la situation du marché de travail a été marquée par la persistance à la baisse des taux d’activité et d’emploi. 

La population en âge d’activité (15 ans et plus) s’est accrue, par rapport à 2017, à un rythme plus important (+1,7%) que celui de la population active (+0,5%). Le taux d’activité a, ainsi, reculé de 46,7% à 46,2% entre 2017 et 2018.

Autrement dit, plus de 58% des personnes en âge de travailler ne travaillent pas et plus de 53% de cette population sont ni en poste ni à la recherche d’emploi.

Le taux d'activité a baissé de 42,4% à 41,8% en milieu urbain (-0,6 point) et de 54,1% à 53,9% en milieu rural (-0,2 point). 

Entre hommes et femmes, l’écart des taux d’activité est de 48,7 points (respectivement 70,9% et 22,2%).

Cinq régions concentrent près des trois quarts des chômeurs !

Par région, trois régions contribuent à la création nette d’emplois pour près des trois quarts (74,1%).

Il s’agit de Marrakech-Safi avec 38.000 emplois, suivie du Grand Casablanca-Settat (28.000 emplois) et de la région de Drâa-Tafilalet (17.000 emplois). 

De leurs parts, les régions de Béni Mellal-Khénifra et d’Eddakhla-Oued Eddahab ont connu des pertes d’emploi (8.000 et 5.000 postes respectivement).

S’agissant du chômage, cinq régions du Royaume concentrent près des trois quarts des chômeurs (73,3%); Casablanca-Settat vient en première position avec 24,6% de chômeurs, suivie de Rabat-Salé-Kénitra (16,6%), l’Oriental (11,2%), Fès-Meknès (11%) et Marrakech-Safi (10%).

Les taux de chômage les plus élevés sont observés dans les régions de Guelmim-Oued Noun (18,9%) et de l’Oriental (16,3%).

Avec moins d’acuité, quatre autres régions dépassent la moyenne nationale (9,8%) à savoir Laayoune-Sakia El Hamra (13,5%), Rabat-Salé-Kénitra (11,8%), Casablanca-Settat (10,6%) et Souss-Massa (10%).

En revanche, les régions de Béni Mellal- Khénifra et de Drâa-Tafilalet enregistrent les taux les plus bas avec respectivement 5,4% et 5,9%.

Création nette d’emplois entre 2017 et 2018 par région

 

Marché de change
Journée du 22-07-2019