Tableau de bord

le 20/09/2019
MASI
MADEX

MASI Pts

medias24

Durant l’année 2018, les investisseurs se sont orientés vers les OPCVM obligataires que ce soit pour de longues ou de courtes maturités. Et pour cause, la morosité du marché actions et le faible rendement du marché monétaire. Détails.

2018, l’année des OPCVM obligataires

Par A.L | LE 21-12-2018 
Durant l’année 2018, les investisseurs se sont orientés vers les OPCVM obligataires que ce soit pour de longues ou de courtes maturités. Et pour cause, la morosité du marché actions et le faible rendement du marché monétaire. Détails.

Au 14 décembre 2018, l’actif net sous gestion des OPCVM a crû de 5,95% depuis le début de l’année, atteignant 440 MMDH, d’après les derniers chiffres de l'Association des sociétés de gestion et fonds d'investissements marocains (ASFIM).

Néanmoins, il importe de souligner que les OPCVM devraient boucler l’année en cours avec un actif net tournant aux alentours de 430 MMDH puisque le mois de décembre est connu comme étant un mois de rachats, selon le patron d’une société de gestion d’OPCVM.

La croissance de l’actif net global est clairement attribuable à l’évolution favorable des OPCVM obligations MLT et CT dont l’actif net sous gestion augmente de 9,69% et 9,96% respectivement. Notons que les obligations MLT s’accaparent toujours la moitié de l’actif net total (50,9%) ce qui explique son impact significatif sur le marché.

Cette hausse a été ralentie par le recul des OPCVM actions (-9,06%) et des OPCVM monétaires (-2,87%).

L'absence d'alternatives favorise le recours au marché obligataire

Selon notre interlocuteur, c’est le marché obligataire qui a drainé la plupart des souscriptions pour l’année 2018.

«C’est l’investissement dans les OPCVM obligataires qui a bien fonctionné cette année, que ce soit pour les longues ou les courtes maturités étant donné l’absence d’alternatives pour les investisseurs», indique-t-il.

Il souligne que le marché boursier connait une période de morosité depuis début 2018 et que le marché monétaire offre des rendements très bas (aux alentours de 2%) en raison d’une courbe des taux "historiquement basse".

Ainsi, le seul refuge d’un investisseur pour garantir plus de rendement est le marché obligataire (aux alentours de 2,8%).

Pour rappel, le Bourse de Casablanca a traversé une mauvaise passe durant l’année 2018 se traduisant par une perte de confiance des investisseurs marocains et étrangers qui se désengageaient progressivement du marché. Pour cause principale, le mouvement de boycott. Les conséquences de la campagne n’étaient pas directement visibles sur les valeurs concernées en bourse en raison de leur illiquidité mais plutôt sur le moral des investisseurs.

Durant cette période, même les valeurs solides et à fort potentiel ont subi une pression pour afficher de petites baisses. 

Par rapport au marché monétaire, le contexte reste peu favorable face au resserrement de la liquidité bancaire. A fin novembre 2018, le déficit de liquidité s’est creusé à 72,2 MMDH contre 40,9 MMDH à fin 2017.

Les OPCVM actions font malgré tout mieux que le marché

L’indice de performance des OPCVM actions affiche une contre-performance annuelle de 6,57%, selon les dernières statistiques de l'AMMC arrêtées le 7 décembre 2018. Cette évolution reste mieux que celle du marché. 

Sur la même période, le Masi, indice phare de la place casablancaise, a enregistré une baisse de 9,56% pour s’établir à 11.204,04 points au 7 décembre 2018.

Ci-dessous l’évolution du Masi (1an) :

Source: LeBoursier

Pour leur part, les OPCVM Obligations court terme (OCT) ont enregistré une progression de 2,42%, légèrement supérieure à celle du Moroccan Bond Index CT qui a crû de 2,25% depuis le début de l’année 2018.

Ci-dessous l'évolution du Moroccan Bond Index CT (1 an):

Source: Plateforme Six

Les OPCVM Obligations moyen et long terme (OMLT), quant à eux, ont drainé une performance de 2,48%, contre une performance de 3,03% du Moroccan Bond Index MLT.

Ci-dessous l'évolution du Moroccan Bond Index MLT (1 an):

Pareillement, les OPCVM monétaires ont enregistré une croissance de 2,05% depuis le début de l'année.

"La tendance actuelle devrait se poursuivre en 2019"

Pour l’avenir, l’évolution des performances des OPCVM par catégorie dépendra principalement du comportement des institutionnels (OPCVM dédiés) dont les souscriptions ont représenté les deux tiers du total durant 2018, indique notre source.

«Mais généralement, la tendance actuelle devrait se poursuivre en faveur du marché obligataire en 2019», ajoute notre interlocuteur.

>> Lire également: La performance des OPCVM en ligne avec le marché

>> Lire également: OPCVM. En 2017, les investisseurs ont "switché" vers les actions à cause des taux d’intérêt bas


 

Page d'accueil Actus