Page d'accueil Actus

Entretien. Comment Casablanca Finance City a cartonné dans le dernier classement GFCI

medias24

Marchés boursiers et "centres financiers" ne sont pas forcément corrélés. C'est pourquoi Casablanca Finance City perce dans le dernier classement des centres financiers internationaux, indépendamment de la contre-performance du marché boursier local. Explications.

Marchés boursiers et "centres financiers" ne sont pas forcément corrélés. C'est pourquoi Casablanca Finance City perce dans le dernier classement des centres financiers internationaux, indépendamment de la contre-performance du marché boursier local. Explications.

Le centrer financier Casablanca Finance City se positionne à la 28e position sur 100 dans le dernier classement du GFCI, le Global Financial Centres Index. Une belle consécration pour la place casablancaise, qui dépasse à présent des centres financiers comme celui de Séoul, de Doha, ou d'Amsterdam.

Cela étant, d'aucuns s'interrogent sur les méthodes de calcul dudit indice qui ont conduit CFC, une place relativement jeune, à dépasser des centres financiers pourtant déjà "bien installés". Beaucoup se penchent sur la modeste taille et la performance médiocre du marché boursier local, les comparent à l'international, et se demandent comment ce petit marché a pu percer autant.

Cela étant, marchés boursiers et centres financiers ne sont pas forcément corrélés. Eclairage avec Mark Yeandle, Directeur de Z/Yen, le think tank à l'origine du GFCI, qui a accepté d'accorder un entretien à LeBoursier.

- LeBoursier : Qu’est-ce qu’un centre financier, selon vous ? Et que faut-il pour en créer un ?

- Mark Yeandle : En règle générale, un centre financier est une zone urbaine qui compte une forte concentration d’institutions financières et qui offre normalement une infrastructure commerciale et de communication très développée. En règle générale, un centre financier est un lieu où se déroulent un grand nombre de transactions commerciales et financières nationales et internationales.

- Quand et comment le GFCI a-t-il vu le jour, et à quoi sert-il exactement ?

- A la suite d’un projet de recherche sur la position concurrentielle de quatre centres financiers, nous avons créé en 2003 un prototype d’indice classant de nombreux centres financiers. En mars 2007, Z/Yen a publié la première édition du GFCI.

Il est mis à jour et publié tous les six mois. Le GFCI 24 a été publié plus tôt ce mois-ci, le 12 septembre 2018. L’indice continue de fournir des évaluations de la compétitivité et des classements pour les principaux centres financiers du monde, et compte désormais 100 centres financiers. Il reçoit une attention considérable de la part de la communauté financière mondiale, et constitue une référence précieuse pour les décisions en matière de politique et d’investissement.

- Quels sont les principaux critères qui constituent la base de votre classement? Existe-t-il des critères plus importants que d’autres?

- Deux sources principales sont combinées pour former la base du classement: les facteurs instrumentaux et les réponses à un questionnaire en ligne.

Le GFCI est compilé en utilisant 137 facteurs instrumentaux. Ces mesures quantitatives sont fournies par des tiers, notamment la Banque mondiale, l'Economist Intelligence Unit, l'OCDE et les Nations unies.

Les facteurs instrumentaux sont combinés aux évaluations de la place financière fournies par les répondants au questionnaire en ligne de GFCI. Le GFCI 24 utilise 31.326 évaluations de 2.453 répondants.

Pour le GFCI 24, 110 centres financiers ont été recherchés, dont 100  sont maintenant dans l’indice principal. Certains facteurs ont une grande pertinence pour le classement mais nous ne les pondérons pas, car chaque répondant pense qu'un ensemble différent de facteurs est plus important.

Par exemple, un expatrié qui déménage dans un nouveau centre financier pour travailler pourrait attacher une grande importance à la vie nocturne s'il est jeune, tandis qu'un couple marié avec enfants pourrait accorder une plus grande importance à l'éducation et aux soins de santé conformes aux normes internationales.

- La performance du marché boursier d’une ville/centre financier donnée a-t-elle une importance dans votre classement ? Beaucoup de personnes pensent que les deux sont corrélés...

- Nous tenons compte de l’ampleur des transactions au niveau des centres financiers et de la taille des marchés boursiers pouvant être basés dans un centre. Cependant, de nombreux centres financiers n’ont pas de bourse, et un certain nombre d’autres centres ont plus d’une bourse.

Il existe également d’autres types de marchés comme celui des matières premières, des obligations, ou des devises. Il n’est pas nécessaire d’avoir une bourse pour être un centre financier, mais les principaux centres mondiaux tels que Londres, New York et Hong Kong en ont tous.

- Comment décrivez-vous la performance de Casablanca Finance City au cours des dernières années? Comment cette place peut-elle améliorer encore plus son classement?

Les réalisations de Casablanca en matière de création d’un centre financier ont été remarquables. Le centre n'existe que depuis quelques années et n'a rejoint le GFCI qu'en 2014. Son rang a régulièrement augmenté - de nouveaux centres entrent souvent en fanfare avec de grandes annonces, puis tout se calme.Casablanca a été un alpiniste stable. Je pense que cela est dû à une gestion très judicieuse et rationnelle, et à une attention constante portée au marketing. Les rangs depuis 2014 sont:

Les notations de GFCI sur la même période ont évolué comme suit:

Casablanca a une stratégie claire, et vise à devenir un pôle financier de l'Afrique du Nord-Ouest francophone. Avec de la patience, et la poursuite de l’activité promotionnelle tout en devenant une ville encore plus «internationale» et accueillante, je pense que Casablanca peut réaliser ses ambitions.