Page d'accueil Actus

Paiement mobile. Ahmed Rahhou fait le point sur la solution "WePay"

medias24

Bien que l'application soit déjà utilisée par des milliers d'utilisateurs, elle n'atteindra sa vitesse de croisière qu'une fois l'interopérabilité instaurée. Ahmed Rahhou estime que l'écosystème du paiement mobile ne sera complet qu'en 2019.

Bien que l'application soit déjà utilisée par des milliers d'utilisateurs, elle n'atteindra sa vitesse de croisière qu'une fois l'interopérabilité instaurée. Ahmed Rahhou estime que l'écosystème du paiement mobile ne sera complet qu'en 2019.

Le premier semestre de l'année en cours a été marqué par le lancement du paiement mobile par plusieurs banques de la place, en plus d'un établissement de paiement (Wafacash). Ahmed Rahhou, PDG de CIH Bank, a affirmé ce 6 septembre à Casablanca que la plateforme de la banque, baptisée "WEPAY" et lancée en mai dernier, compte déjà "quelques milliers d'utilisateurs".

"Nous nous attendons à ce que ce nombre augmente, car c'est un moyen de paiement très commode", a ajouté M.Rahhou.

Celui-ci a également indiqué que WEPAY, qui permet aujourd'hui le transfert d'argent entre wallets de la même application, permettra bientôt de retirer de l'argent dans les GAB ou dans les agences CIH Bank. L'application permettra également le paiement chez les commerçants, "et ce probablement avant la fin de l'année", a indiqué M.Rahhou.

"Nous travaillons énormément également sur le paiement à l'étranger: l'utilisateur pourra donc payer et effectuer d'autres opérations à l'étranger avec l'application, et ce dans la limite fixée par la réglementation des changes", a précisé notre interlocuteur.

Il ajoute: "C'est un nouveau mode de consommation des dépôts et de transfert d'argent qui se met en place et le Maroc, même s'il a pris un peu de retard pour lancer la solution par rapport à d'autres pays, pourra d'ici la fin de l'année, quand l'interopérabilité se mettra en place, se targuer d'avoir l'un des meilleurs systèmes de paiement mobile au monde, puisque nous serons l'un des rares pays à instaurer ce principe".

Rappelons que l'interopérabilité implique qu’un utilisateur disposant d’un wallet chez l’établissement A, peut interagir avec un wallet de l’établissement B ou C…, que cet établissement soit banque, un opérateur téléphonique ou autre.

"C'est une réelle innovation qui a nécessité un travail lourd", indique M.Rahhou. "Mais en dépit du lancement de plusieurs applications, je pense que c'est en 2019, une fois que toutes les fonctionnalités seront en place, que l'on verra réellement le plein essor de ce nouveau mode de consommation et d'échange d'argent".

Rappelons qu'en plus des banques, qui offrent ce service de paiement à leurs clients en le liant à leurs comptes bancaires, le marché est ouvert également à tout type d’opérateur (dont les opérateurs Télécom) pour devenir établissement de paiement (sous réserve de l’obtention d’un agrément par Bank Al-Maghrib), ces établissements pouvant offrir des comptes de paiement qui permettront, entre autres, d'effectuer des opérations à travers le paiement mobile.