Page d'accueil Actus

Le dollar se renforce, quel impact sur le Maroc ?

medias24

Face au renforcement du dollar, la valeur de plusieurs monnaies a baissé. Le Dirham n’a pas échappé à ce sort. Quel est l’impact sur l'économie marocaine ? Réponses. 

Face au renforcement du dollar, la valeur de plusieurs monnaies a baissé. Le Dirham n’a pas échappé à ce sort. Quel est l’impact sur l'économie marocaine ? Réponses.

Depuis le début de l’année en cours, la parité USD/MAD s’est appréciée de 1,07%, passant de 9,32 à 9,42 dirhams pour un dollar au 6 septembre 2018. La dépréciation du Dirham vis-à-vis du dollar s’est accentuée depuis le mois de mai 2018. (Voir graphique ci-dessous)

Evolution de la parité USD/MAD:

Source: Bloomberg

Il convient de situer ce constat dans le contexte international.

Le dollar devient de plus en plus fort face aux monnaies étrangères. Selon une dépêche de l’AFP publiée le jeudi 6 septembre, le renforcement du dollar est en lien avec les indicateurs américains qui affichent une bonne mine, laissant présager que la Réserve fédérale américaine devrait poursuivre le relèvement des taux d'intérêt ce qui renforce le dollar.

Selon la même source, plusieurs monnaies émergentes ont souffert depuis le début de la semaine du 3 septembre: "la roupie indonésienne navigue à un niveau proche de celui de la crise des devises asiatiques de la fin des années 1990, le rand sud-africain et le rouble russe sont au plus bas depuis deux ans tandis que la livre turque et le peso argentin, particulièrement touchés en août, n'ont pas vraiment repris du poil de la bête".

Dans ce contexte, "le coût des importations des pays émergents augmente mécaniquement et avec lui l'inflation".

Pour ce qui est de la parité EUR/MAD, celle-ci a baissé de 2,58% depuis le début de l'année, pour descendre à 10,95 dirhams pour un euro (observé le 6 septembre 2018) contre 11,24 dirhams pour un euro au 2 janvier 2018.

Evolution de la parité EUR/MAD

 

Le cours du dirham est déterminé à partir de l’évolution du panier de monnaie composé de l’euro (60%) et du dollar (40%). L’évolution de la parité EUR/MAD est donc liée principalement à la variation de la parité EUR/USD sur le marché international.

La parité EUR/USD s’est dégradée de 4,13% pour se situer à 1,16 dollars pour un euro au 6 septembre 2018, contre 1,21 dollars pour un euro au 2 janvier de l’année en cours.

Evolution de la parité EUR/USD:

Quel est l'impact de la hausse de la parité USD/MAD sur la dette extérieure publique ?

D’après les statistiques de la dette extérieure publique à fin 2017, élaborées par la Direction du Trésor et des Finances Extérieures (DTFE), la dette extérieure publique est libellée en euro à hauteur de 61,1%. Pour sa part, la partie de la dette libellée en dollar représente 27,8%.

Ainsi, l’impact de la hausse du dollar face au dirham sur la dette extérieure pourrait être minime. Par contre, la dépréciation de l’euro par rapport au dirham pourrait alléger le service de la dette extérieure, vu qu’elle est contractée en grande partie en euro. 

Les recettes touristiques devraient également enregistrer une baisse puisque la majorité des touristes proviennent des pays européens. A fin 2017, 52% des touristes sont provenus de la France ; 14% de l’Espagne et 6% de la Belgique, d’après les chiffres du Ministère du tourisme. Les transferts des MRE, en provenance des pays européens, devraient aussi baisser.

Qu’en est-il des opérateurs économiques et des ménages?

La baisse du dirham face au dollar devrait pénaliser les opérateurs qui importent des marchandises libellées en dollar.

Au Maroc, les importations facturées en dollar représentaient 41% du total à fin 2016, selon les dernières statistiques des échanges commerciaux par devise de facturation, élaborées par l’Office des changes (OC).

Ces importations sont constituées principalement des produits pétroliers qui représentent près de 28% du total. Les importations de blé, qui sont facturées également en dollars, représentent 3%.

Selon la même source, les produits facturés presque entièrement en dollar sont : le gaz de pétrole et autres hydrocarbures (100%), soufres bruts et non raffinés (100%), les avions et autres véhicules aériens ou spatiaux (100%) et le sucre brut ou raffiné (99,9%).

En face, le recul de la monnaie nationale face au dollar américain favorise les entreprises qui exportent des biens et des services libellés en dollar.

Les exportations facturées en dollar représentent 30% du total. Elles sont principalement constituées des phosphates et dérivés qui représentent à elles seules 65,1% de ces exportations et qui sont facturées presque totalement en cette devise.

>> Lire aussi : Le dollar monte face au dirham, qui gagne et qui perd?

Parallèlement, la baisse de l’euro par rapport au dirham devrait être favorable pour les entreprises qui importent des biens et des services libellés en euro.

Selon l’office des changes, à fin 2016, les importations libellées en Euro sont constituées principalement des achats :

- de voitures de tourisme (85,5% du total des importations de voitures de tourisme)
- de Parties et pièces pour voitures et véhicules de tourisme (93,3%) ;
- de Matières plastiques et ouvrages divers en plastique (81,1%) ;
- de Blé (62,4%).

Par contre, les exportateurs des biens et services libellés en euro seraient pénalisés par la baisse de l’euro. 

Les exportations libellées en Euro (à fin 2016) sont constituées pour plus de la moitié des ventes de cinq produits, à savoir les voitures de tourisme (100% en Euro) ; les fils, câbles et autres conducteurs isolés pour l’électricité (96,3%); les vêtements confectionnés (86,8% des ventes totales) ; les crustacés, mollusques et coquillages (85,2%) ; les préparations et conserves de poissons et crustacés (81,4%).

Par ailleurs, la baisse de l'euro par rapport au dirham est pénalisante pour les recettes touristiques et les transferts des MRE, dont les montants s'élevaient respectivement à 70 et 65 milliards de DH à fin 2017.