Page d'accueil Actus

Titrisation: En une année, l'encours des actifs a presque doublé

medias24

L'encours atteint 5,7 milliards de DH. Sa progression s'explique par l'augmentation de tous les types d'actifs éligibles à la titrisation. L'arrivée des Sukuk, prévue en septembre, dynamisera certainement davantage la filière.

L'encours atteint 5,7 milliards de DH. Sa progression s'explique par l'augmentation de tous les types d'actifs éligibles à la titrisation. L'arrivée des Sukuk, prévue en septembre, dynamisera certainement davantage la filière.

Le compte de patrimoine des FPCT (Fonds de placement commun en titrisation) à fin juin 2018, révélé par les dernières statistiques monétaires de Bank Al-Maghrib pour le même mois, montre que l'encours de l'actif de ces fonds a progressé de 123,4% en glissement annuel, atteignant 6,9 MMDH.

Une progression qui émane principalement du quasi-doublement de l’encours des actifs titrisés, à 5,7 MMDH (+96,8%). Les crédits titrisés s'accaparent 2,5 MMDH de cet encours, en hausse de 21,7% en glissement annuel.

L'encours des crédits à l'habitat titrisés affiche une progression de 39,7%, à 2,2 MMDH. Cet encours est constitué d'opérations de titrisation de créances hypothécaires réalisées par des opérateurs comme la BCP ou le CIH, pionnier des opérations de titrisation au Maroc. Une opération de titrisation d'Attijariwafa bank, à travers le fonds de titrisation "Miftah", s'est ajoutée à cet encours. Ce fonds loge un montant de 1 MMDH de créances immobilières détenues par la banque sur les fonctionnaires de l'Etat, présentant un risque moindre d'impayés.

Pour sa part, l'encours des crédits à la consommation titrisés s'est établi à 295 MDH, en retrait de 38,1% par rapport à fin juin 2017. La titrisation des crédits à la consommation au Maroc est essentiellement représentée par une opération du Crédit Agricole du Maroc, qui a introduit pour la première fois dans le pays et dans la région la titrisation de ce type d'actifs, à travers la titrisation de crédits à la consommation octroyés par la banque à des fonctionnaires de l'Etat pour une valeur de 584,7 MDH.

Pour sa part, l'encours des créances commerciales titrisées, à fin juin 2017, s'est renforcé d'une opération de titrisation de l'ONEE, connu pour ses sorties fréquentes sur ce marché. C'est en effet la cinquième opération de titrisation de créances commerciales détenues par l'ONEE sur ses clients grands comptes, et porte sur un montant de 1,5 MMDH.

En plus de ces catégories, l'encours des biens immobiliers titrisés s'est élevé à 2,2 MMDH, en forte hausse de 154%. Si la titrisation de ce type d'actifs a commencé avec l'opération de Label'Vie en 2013 pour 450 MDH, elle a été suivie par deux opérations du Crédit Agricole du Maroc, la première de 534 MDH la même année, et la seconde de 398 MDH en 2015, les deux en placement privé mené par la salle des marchés de la banque auprès d'investisseurs qualifiés. 

Cela étant, la période étudiée par le dernier rapport de Bank Al-Maghrib intègre une nouvelle opération pour ce type d'actif, qui n'est autre que celle de Résidences Dar Saada. Le promoteur immobilier a en effet titrisé 600 MDH d'actifs immobiliers.

En gros, la titrisation semble se développer doucement mais sûrement au Maroc, bien que son potentiel soit encore sous-exploité. Jusqu’en 2012, les actifs proposés étaient exclusivement des créances bancaires hypothécaires et en très grande majorité celles du CIH. En 2013, le gouvernement a apporté des amendements majeurs à la loi 33-06 qui régit la titrisation. Après cette période, le marché a connu l’arrivée des créances d’un autre type, à l’instar des créances commerciales ou encore des actifs immobiliers.

En effet, à partir de 2013, les entreprises et établissements publics, ONEE principalement, ont commencé à s’intéresser à la titrisation avant qu’un premier opérateur privé, Label'vie en l’occurrence, opte pour cet instrument.Un expert du domaine n'exclut pas de nouvelles opérations de titrisation très prochainement, tout en estimant qu'avec l'avènement des Sukuk, très probable pour le mois de septembre, les yeux seront rivés plutôt sur ce nouvel instrument.