Page d'accueil Actus

OPCVM: voici les performances prévues à fin 2018

medias24

Au terme du premier trimestre 2018, l'encours des actifs gérés par les OPCVM s’établit à 434,5 MMDH contre 374,7 MMDH un an auparavant, soit une progression de près de 16% en glissement annuel. Les indices de performance à fin mars affichent des variations globalement positives.

Au terme du premier trimestre 2018, l'encours des actifs gérés par les OPCVM s’établit à 434,5 MMDH contre 374,7 MMDH un an auparavant, soit une progression de près de 16% en glissement annuel. Les indices de performance à fin mars affichent des variations globalement positives.

Se situant à 33,7 MMDH à fin mars 2018, l’actif net sous gestion des OPCVM actions a enregistré une croissance de 5,3% durant ces trois premiers mois de l’année, reflétant principalement la performance des fonds (4,2% enregistrée par l'indice de cette catégorie), selon les denrières statistiques de l'AMMC. Il n’y a pas lieu de parler de souscriptions importantes durant cette période.

Rappelons que la progression de l’actif net peut s'expliquer :

- Soit par la performance des fonds;

- Soit par des souscriptions supérieures aux rachats ;

- Soit par une conjonction des deux.

Concernant les OPCVM monétaires, l’actif net sous gestion a reculé de 8,2% au titre du premier trimestre 2018, pour se situer à 62,9 MMDH. 

Selon un gérant d'OPCVM, le principal facteur expliqant cette baisse est la liquidité du marché qui se dégrade progressivement à cause du recul des réserves de change. Le déficit des liquidités bancaires est passé d’environ 42 MMDH à plus de 50 MMDH durant ces trois premiers mois de l’année.

La faiblesse des rendements de cette catégorie, tournant aux alentours de 2,3% à 2,4% annuellement, joue également un rôle dans ce recul de 5MMDH de l’encours de l’actif net depuis le début de 2018.

De son côté, l’actif net des OPCVM obligations moyen et long terme (OMLT) a enregistré une hausse de près de 9%, atteignant près de 238 MMDH. Il s’accapare ainsi plus que la moitié de l’actif net global (54,76%).

Selon notre interlocuteur, cette croissance trouve son origine dans "un effet de basculement" vers des portefeuilles à meilleur rendement. En effet, "les nouveaux investisseurs espèrent un rendement plus important et investissent dans des OPCVM à long terme".

Un autre facteur lié à la correction du marché est à prendre en compte: "la courbe des taux des bons du Trésor a connu une forte hausse durant le premier mois de l'année, suivie pas une baisse « instantanée » à partir de fin janvier. Cette dernière phase a été accompagnée par des souscriptions des investisseurs", explique notre source.

Il s'agit en effet d'une revalorisation des obligations avec des taux moins importants. «Quand les investisseurs prévoient une baisse des taux, ils vont souscrire dans la "partie long-terme" de la courbe, notamment dans les obligations MLT», ajoute le spécialiste.

Pour les OPCVM obligations court terme (OCT), l’actif net sous gestion est quasi-stagnant (-0,44%), se situant à 64,7 MMDH à fin mars 2018. 

Notons que le poids des OPCVM « taux » représente 84% de l’actif net global. Celui des actions s’élève à près de 9%.

Plus de 19.000 investisseurs dans les OPCVM

Du côté de l’indice de performance, les OPCVM monétaires ont affiché une progression de 0,56% durant ces trois premiers mois de l’année.

Etant donné que ceux-ci sont peu sensibles à la variation des taux, les perspectives sont stables selon notre source. « On ne va pas s’éloigner de 2,3% à 2,4% à la fin de l'année ».

Les OCT, pour leur part, ont légèrement progressé et affichent une performance de 0,72%.

La performance prévue dans cette catégorie d’OPCVM à la fin de l'année va avoisiner les 2,6%, selon notre interlocuteur.

Du côté des OMLT, ceux-ci ont également connu une croissance de 1% qui est «une croissance très correcte», selon notre interlocuteur, corrélée à la baisse des taux enregistrée depuis fin janvier.

Concernant cette catégorie, une hausse de la volatilité liée principalement à la variation des taux du marché est prévue. Certains acteurs prévoient une quasi-stabilité, d’autres anticipent une légère hausse.

Selon notre spécialiste, la performance des obligations MLT va tourner aux alentours de 3% d’ici fin 2018.

Enfin, notons que le nombre total d’investisseurs dans les OPCVM ressort à 19.134 au terme du premier trimestre 2018. Ce nombre se situait à 18.505 un an auparavant, soit une hausse de 3,4%.

Source: AMMC