Page d'accueil Actus

Flexibilité du régime de change: Le FMI préconise de passer à l'étape suivante

medias24

Alors que les autorités demeurent attachées à la réforme globale du régime de change, le staff du FMI estime qu'un ajournement prolongé peut introduire une incertitude.

Alors que les autorités demeurent attachées à la réforme globale du régime de change, le staff du FMI estime qu'un ajournement prolongé peut introduire une incertitude.

Dans un nouveau rapport de la mission de consultation relative à l'article IV du Fonds monétaire international, l'institution de Bretton Woods évoque la transition du Maroc à un régime de change plus flexible.

La mission estime que les conditions actuelles demeurent favorables à l’introduction d’une flexibilité plus élevée du régime de change: "Bien que le déficit du compte courant se soit généralement réduit au cours des cinq dernières années, le compte courant devrait montrer un écart de -2,2% du PIB au-dessus de la norme, ce qui suggère un taux de change effectif réel surévalué, car la position extérieure est plus faible que ce qui est impliqué par les fondamentaux et les politiques souhaitées", indique le rapport, en ajoutant toutefois que d’autres méthodes suggèrent une sous-évaluation, mais sont moins fiables pour le Maroc.

La mission ajoute que les réserves du pays sont évaluées comme étant adéquates en fonction d’une gamme de paramètres. La dette extérieure du Maroc est relativement faible (34,1% du PIB) et devrait diminuer à moyen-terme.

D’autres conditions préalables restent en place selon la mission, y compris des tampons fiscaux améliorés, des expositions limitées au risque de change, et une répercussion relativement faible des mouvements des taux de change sur le prix à la consommation: "Les autorités ont convenu que les conditions actuelles continuent d’offrir une fenêtre d’opportunité pour une transition progressive et ordonnée, et que les préparatifs de la réforme ont essentiellement été complétés", ajoute le rapport. 

La mission note cependant qu'alors que les autorités demeurent attachées à cette réforme, un ajournement prolongé peut introduire une incertitude: "Les autorités ont indiqué qu’elles attendaient le bon moment pour entamer une nouvelle transition du taux de change", peut-on lire sur le rapport.

Le personnel du FMI a toutefois recommandé de commencer le plus tôt possible, ce qui contribuerait à réduire l’incertitude, à démontrer la force de l’engagement de réforme des autorités, et à anticiper toute nouvelle détérioration du compte courant ou de nouvelles pressions sur le change extérieur dans la période à venir.

Par ailleurs, la mission indique que l’adoption d’un ciblage de l’inflation à part entière devrait être envisagée à un stade ultérieur de la transition du régime de change: "En attendant, maintenir le régime de politique monétaire actuel permettra d’éviter tout conflit majeur entre l’adoption d’un objectif formel d’inflation et l’existence d’une bande de taux de change étroite".

"Le personnel et les autorités ont convenu que les restrictions sur les sorties des capitaux des résidents ne devraient pas être éliminées à court terme, afin de minimiser les risques pendant au moins les phases finales de la transition", ajoute le rapport.