Page d'accueil Actus

Baisse du marché boursier: les analystes ne s'attendent pas à un miracle en décembre

medias24

Un analyste connu sur la place financière à Casablanca avance que dans le meilleur des cas, la cote casablancaise terminera l'année sur une contre-performance entre -8% et -6%. Une performance positive est "très peu probable".

Un analyste connu sur la place financière à Casablanca avance que dans le meilleur des cas, la cote casablancaise terminera l'année sur une contre-performance entre -8% et -6%. Une performance positive est "très peu probable".

Depuis le début du mois dernier, le MASI a entamé une tendance légèrement haussière. Un petit rebond qui redonne de l’espoir aux investisseurs de la place casablancaise, anticipant d'éventuelles opérations de window-dressing qui initient le fameux rallye boursier de fin d’année.

Bien que l’ampleur de ces opérations ne soit pas encore estimée, elle ne suffit toutefois pas pour augurer d'une fin d’année positive. Un analyste de la place, préférant s’exprimer sous couvert d’anonymat, affirme à LeBoursier que le MASI clôturera l’exercice en cours sur une contre-performance annuelle de -6%, dans le meilleur des cas.

"Nous nous attendons à un rattrapage sûr", indique notre interlocuteur. "Toutefois, il est encore difficile de savoir s’il y aura un véritable rallye ou un rattrapage circonscrit. Mais dans tous les cas, nous estimons que l’on terminera l’année entre 8% et 6% de baisse, la première hypothèse étant la plus plausible".

Notre analyste ajoute toutefois que dans le cas où il y aurait un véritable regain d’intérêt pour le marché Actions, l’indice phare de la place casablancaise pourrait même effacer ses pertes. Il demeure néanmoins pessimiste quant à l’aboutissement de cette hypothèse : "C’est un scénario très peu probable".

En effet, pour que ce scénario se réalise, notre interlocuteur estime qu’il faudra drainer des volumes importants à l’achat: "Tout dépendra de l’intérêt des investisseurs. S’ils achètent fortement, il est sûr que la cadence montera rapidement. Mais si l’on reste sur de petits volumes comme ceux échangés actuellement, ou que les grands volumes aillent surtout dans le sens de la vente, on ne pourra pas s’en sortir", explique-t-il.

Il ajoute: "Il faut que les gens se disent que l’année prochaine sera bonne, et qu’à partir de ce constat ils vont se positionner sur le marché dès aujourd’hui afin de profiter de son niveau bas". 

Un contexte défavorable pour les allers-retours

A l’approche de la fin d’année, d'aucuns tablent sur les opérations de window dressing pour redonner des nuances de vert aux indices boursiers. Ces opérations, qui visent à enjoliver les portefeuilles à la clôture de l’année, se font nombreuses en cette période, et insufflent une véritable dynamique au marché.

Pour notre interlocuteur, il est facile de reprocher à ces opérations le fait qu’elles faussent l’évolution de la cote : "Il faut plutôt se féliciter que ce genre d’opérations existe,  car c’est grâce à elles qu’on peut recréer de l’intérêt sur le marché", estime-t-il.

Cela étant, et comme nous l'avons indiqué auparavant, le directeur général d’une société de gestion de la place, sollicité par LeBoursier, nous affirme qu'"il n'y aura pas de grosses opérations d’allers-retours à la fin de l’année en cours, vu la tendance baissière du marché". 

"Quand la tendance du marché est baissière, la majorité des investisseurs se contentent de constater des provisions sur les moins-values latentes au niveau de leurs bilans comptables. D’autres choisissent de soutenir les cours en achetant des quantités de titres déjà détenus pour réduire le niveau des provisions ou des pertes à comptabiliser", a-t-il ajouté.