Page d'accueil Actus

Rebond de la construction de bureaux à Casablanca (Deloitte)

medias24

L’activité de construction de bureaux à Casablanca est en très forte hausse et le nombre de mises en chantier a triplé au cours de la période allant du 1er avril 2017 au 31 mars 2018. Ces projets connaissent des disparités géographiques. C’est ce qui ressort de la quatrième édition de l’étude "Casablanca Office Crane Survey" publiée par Deloitte. Détails.

L’activité de construction de bureaux à Casablanca est en très forte hausse et le nombre de mises en chantier a triplé au cours de la période allant du 1er avril 2017 au 31 mars 2018. Ces projets connaissent des disparités géographiques. C’est ce qui ressort de la quatrième édition de l’étude "Casablanca Office Crane Survey" publiée par Deloitte. Détails.

L’activité de construction de bureaux à Casablanca est en très forte hausse et le nombre de mises en chantier a triplé au cours de la période allant du 1er avril 2017 au 31 mars 2018. Ces projets connaissent des disparités géographiques. C’est ce qui ressort de la quatrième édition de l’étude "Casablanca Office Crane Survey" publiée par Deloitte. Détails.

La construction de bureaux à Casablanca reprend de plus belle. Pendant la période allant du 1er avril 2017 au 31 mars 2018, les opérations sont plus nombreuses en comparaison avec la période qui s’écoule du 1er mars 2016 au 31 mars 2017, selon la quatrième édition de l’étude "Casablanca Office Crane Survey" publiée par Deloitte et réalisée en collaboration avec la société Alhambra Property.

Il importe de noter que cette étude recense toutes les opérations neuves et les restructurations de bureaux, de plus de 750 m², en chantier sur le territoire du Grand Casablanca, ainsi que celles qui ont été livrées entre le 1er avril 2017 et le 31 mars 2018.

Dans le détail, la progression de la construction de bureaux est de près de 35% par rapport à la période précédente. Ainsi, l’encours de production dans le Grand Casablanca atteint près de 207.000 m² en chantier au 31 mars 2018.

43 projets sont actuellement en chantier parmi lesquelles 20 nouveaux chantiers recensés totalisent plus de 103.000 m². Autrement dit, la moitié des surfaces en chantier a été initiée au cours de l’année écoulée. 

La surface mise en chantier a quant à elle triplé ; elle était de 33.000 m² seulement lors de l’édition 2017 (du 1er avril 2016 au 31 mars 2017). 

Trois nouveaux chantiers offrent une surface de plus de 13.000 m² unitaires, apportant ainsi 63.000 m² de nouvelles surfaces. Ce sont les Parcelles K et R (50.000 m² à eux deux), situées au sein de Casanearshore et l’opération CCF, située à Sidi Maarouf (13.000 m²). Ces trois opérations représentent, à elles seules, près des deux tiers des 103.000 m² mis en chantier sur les 12 mois de l’étude.

Lors de l’édition 2017, aucune nouvelle opération ne dépassait 7.000 m². 

Cette édition a par contre connu un léger recul des livraisons qui atteignent 52.000 m², contre 57.500 m² lors de l’édition 2017 (-9%). Ce recul est dû en grande partie au secteur Casablanca hors QCA (Quartier central des affaires) et plus particulièrement au décalage de la livraison de l’opération Casa Anfa

D’ici fin 2018, plus de 112.000 m² devraient être livrés, dont 87.000 m² sont disponibles, ce qui représente près de deux fois la consommation annuelle actuelle, souligne l’étude en ajoutant que cette offre a sans doute pesé sur la croissance des valeurs locatives à Casablanca.

Fortes disparités géographiques

Pour cette édition, la production neuve s’avère diffuse, en particulier sur deux secteurs de l’étude. 

Il importe de souligner que les professionnels du marché de bureaux partitionnent le marché casablancais en 4 grands secteurs : le quartier central des affaires (QCA- Boulevard Abdelmoumen, Ghandi…), la zone hors QCA (Casablanca Marina, Casa-Anfa…), l’entrée sud de la ville (Sidi Maârouf, Casanearshore…) ainsi que la zone est (Ain Sebaâ).
La majorité des surfaces en construction est concentrée dans l’entrée sud de ville. 

En effet, une reprise nette des chantiers à l'entrée sud de la ville a été observée. Ce secteur totalise cette année, à lui seul, 14 nouveaux chantiers

Pour sa part, le secteur QCA n’a connu qu’une seule nouvelle opération de construction (Anfa, de 2 100 m²). Le QCA connaît à nouveau une période moins faste en termes de nouveaux chantiers, malgré une commercialisation dynamique et peu de disponibilités. Selon l’étude, ce secteur subit le contrecoup de l’édition précédente où il avait concentré pas moins de six nouveaux chantiers.

Pour sa part, la production neuve dans le secteur Casablanca hors QCA est restée stable lors des 12 derniers mois. L’encours de production reste cependant sous la barre des 60.000 m², en retrait par rapport aux 90.000 m² en chantier, observés sur la période 2013-2014.

Au niveau de ce secteur, seules trois opérations ont été livrées, la plus grande n’offrant que 4.500 m².

Le secteur de l’entrée est de Casablanca, quant à lui, est traditionnellement orienté vers les activités industrielles et logistiques. Sa reconversion en résidentiel est très dynamique. En revanche, son développement tertiaire (et accessoirement en zone commerciale) est encore en devenir, souligne le rapport.

L’ouverture de la ligne 2 du tramway reliant Sidi Bernoussi à Ain Diab, prévue pour le troisième trimestre 2018, devrait permettre le développement urbain de ce secteur de la métropole.

Le secteur n’a enregistré qu’une seule nouvelle grue de bureaux au cours des 12 derniers mois.

Les livraisons ont atteint leur plus faible niveau dans cette édition 2018 dans la lignée de l’édition 2017, avec 800 m² livrés, contre 6.000 m² au cours de l’édition 2016 et 3.600 m² durant la période 2013 et 2014. Ce niveau faible d’activité illustre la faible demande sur les immeubles livrés et incite les acteurs au plus grand attentisme sur ce secteur, d’après Deloitte.