Page d'accueil Bourse

Bourse: Rebond technique des valeurs immobilières (analystes)

medias24

Les valeurs immobilières cotées à la Bourse de Casablanca, à savoir Addoha, Alliances et Résidences Dar Saada, ont connu une inflexion au cours de ce mois. Il s'agit d’un simple rebond technique. Explication. 

Les valeurs immobilières cotées à la Bourse de Casablanca, à savoir Addoha, Alliances et Résidences Dar Saada, ont connu une inflexion au cours de ce mois. Il s'agit d’un simple rebond technique. Explication.

Au cours du mois de novembre, les valeurs immobilières cotées et représentées par l’indice "participation et promotion immobilière" ont connu une inflexion. (Voir graphiques ci-dessous)

Addoha (1 mois)

En l’espace d’un mois, Addoha a bondi de 8,15% en passant de 13,49 DH (observé le 23 octobre) à 14,59 DH à la clôture de la séance boursière de ce jeudi 22 novembre.

A la clôture de la séance de bourse  du lundi 19 novembre, Addoha avait bondi de 9,02% à 16,20 DH suite à l’échange de 1.166.376 actions.

Addoha est, d’ailleurs, la seule valeur immobilière qui a pu s’apprécier pendant le mois analysé.

Les autres valeurs immobilières, quant à elles, ont effectivement connu un rebond sans pour autant dépasser le cours observé le 23 octobre 2018.

Alliances (1 mois)

Résidences Dar Saada (1mois)

S’agit-il d’un signe de reprise durable des valeurs mobilières ?

Contactés par LeBoursier, les analystes de la place s’accordent à dire qu’il s’agit d’un simple rebond technique, suite à la forte baisse qu'ont connue les valeurs immobilières au cours de ces derniers mois. 

L'un d'entre eux explique que "d’un point de vue fondamental, il n’y a pas un élément particulier qui puisse justifier un rebond durable des cours des immobilières. Ceci dit, il importe de rappeler qu’à la fin de chaque année, généralement, il y a des opérations de Window dressing [l’habillage de comptes, ndlr] qui sont réalisées par les investisseurs institutionnels à partir du mois de novembre afin de marquer les niveaux de cours".

Plus précisément, une partie des investisseurs institutionnels, après avoir constaté que les cours des immobilières ont atteint des niveaux trop bas, choisit de soutenir les cours en achetant des quantités de ces titres. Ainsi, ils réduisent le niveau des moins-values (en cas d'aller-retour) ou des provisions sur moins-values latentes à comptabiliser dans leurs bilans. D'autres choisissent de réaliser des opérations d’aller-retour simples ou de constater des provisions lourdes sans soutenir les cours.

"C’est trop tôt pour anticiper une reprise durable", conclut-il.

Notons toutefois qu'un analyste nous avait déclaré dans un précédent papier que "nous sommes arrivés au bout du tunnel. Cela veut dire que d’ici une année ou un peu plus, de baisse et de tassement de l’activité, on devrait assister à une nouvelle phase haussière".

>> Lire aussi : Bourse: les valeurs immobilières affichent des cours très bas, faut-il les acheter ?

"Fondamentalement, les titres des immobilières cotées sont à des niveaux très bas, qui laissent présager un potentiel de hausse très important", avait-il estimé.

Il avait ajouté également qu’il y a à présent des facteurs positifs qui devraient favoriser la relance du secteur immobilier, tels que la signature du contrat-programme du BTP et la nouvelle stratégie de relance de l’habitat.

>> Lire aussi :

Le contrat programme du BTP et de l'ingénierie signé

Stratégie de relance de l’habitat: voici les premiers détails

Les immobilières : des valeurs bon marché ?

Suite au recul des cours des valeurs immobilières, leurs capitalisations boursières ont significativement baissé depuis le début de l’année. Leurs PER (Price earning ratio ; multiple de résultat) -un ratio destiné à évaluer la cherté d'une action- ont remarquablement reculé. (Voir tableau ci-dessous)

Rapport Capitalisation boursière/Capitaux propres

Source: LeBoursier; chiffres en dirham

Source: LeBoursier; chiffres en dirham

Cela étant dit, les valeurs immobilières s’avèrent sous-évaluées par le marché. 

Il importe de souligner également que le taux de rendement du marché global (D/Y) ressort à 4%, tenant compte d’un dividende global des sociétés cotées de 22,73 MMDH (au titre de l’exercice 2017) et de la capitalisation boursière globale de 568,72 MMDH (observée le 22 novembre).

En face, le rendement des titres des immobilières -à l’exception d’Alliances qui n’a pas distribué de dividende au titre de l’exercice 2017- est largement supérieur à la moyenne du marché global. (Voir tableau ci-dessous)

Rendement des immobilières 

Source: LeBoursier; chiffres en dirham