Page d'accueil Actus

BCP: Faible impact de l'application de la norme IFRS9 au premier trimestre

medias24

Le groupe BCP vient de publier ses premiers résultats trimestriels après l’adoption de la norme IFRS9. Son résultat net part du groupe ressort en hausse de 6,5% malgré une augmentation du coût du risque. Les fonds propres accusent un repli.

Le groupe BCP vient de publier ses premiers résultats trimestriels après l’adoption de la norme IFRS9. Son résultat net part du groupe ressort en hausse de 6,5% malgré une augmentation du coût du risque. Les fonds propres accusent un repli.

L’impact de l’application de la norme IFRS9 sur les fonds propres du groupe BCP s’est traduit par la comptabilisation des pertes de crédit attendues (sur actifs financiers et engagements hors bilan) de l’ordre de 3,58 MMDH.

Ainsi, les capitaux propres qui s’élevaient à 43,5 MMDH à fin décembre 2017 sont passés à 39,7 MMDH après l'adoption de la nouvelle norme.

A l'issue du premier trimestre, les capitaux propres ont enregistré une nouvelle baisse pour se situer à 36,2 MMDH.

Pour rappel, la norme IFRS 9 "instruments financiers" qui remplace la norme IAS39 "instruments financiers" est entrée vigueur le 1er janvier 2018. Elle modifie en profondeur les règles actuelles de classement et d’évaluation des instruments financiers, ainsi que le modèle de dépréciation applicable à ces actifs. Elle aligne également davantage la comptabilité de couverture et la gestion des risques des entreprises.

En termes de FTA (First Time Application ; première application), l’impact des écarts de comptabilisation entre IAS39 et IFRS 9 est à enregistrer en contrepartie des capitaux propres en date du 1er janvier.

Au titre du premier trimestre de l’année en cours, la BCP a drainé un RNPG de l’ordre de 667 MDH, en hausse de 6,5% par rapport à la même période un an auparavant.

Cette hausse résulte d’une croissance à deux chiffres du résultat brut d’exploitation (+24%) qui a atteint plus de 2 MMDH au lieu de 1,6 MMDH au premier trimestre 2017.

Notons que ce résultat a été atténué par une appréciation du coût du risque qui est passé de 662 MDH à 944 MDH.

La hausse des résultats du groupe témoignent également de la bonne tenue de l’activité qui a pu générer un Produit net bancaire (PNB) de plus de 4 MMDH, en hausse de 14% par rapport à la même période un an plus tôt.

Celui-ci a été soutenu par une progression de la marge d’intérêt de 8,4% et de la marge sur commissions de 3,7%.

En social, le résultat net généré au titre du premier trimestre 2018 a crû en passant de 485 MDH à 533,6 MDH sur une année glissante.

Cette évolution est le fruit d’une croissance de 6,4% du PNB social qui a atteint 1,25 MMDH à fin mars 2018.

S’agissant du volet commercial, il faut noter que les dépôts de la clientèle ont enregistré une baisse de 3% à 58 MMDH, plus importante que celle des crédits octroyés qui ont reculé très légèrement (-0,5%) pour se situer à 98,8 MMDH.